Accueil » Actualité » Le vautour fauve – sortie naturaliste

Le vautour fauve – sortie naturaliste

Hier j’ai eu la chance de participer à une sortie d’observation d’une colonie de vautours fauves dans les Pyrénées. La sortie était organisée par le CPIE pays basque et notre accompagnateur n’était autre que Jean-François Terrasse, une grande figure de la protection des rapaces et éminent spécialiste des vautours. Il est notamment président-fondateur du Fond d’Intervention pour les Rapaces (le FIR, ex Mission rapaces de la LPO, la Ligue pour la Protection des Oiseaux) et auteur d’un livre sur le gypaète barbu (chez Delachaux et Niestlé).

Vautour fauve en vol sur fond de falaise

Pour les amoureux de la nature les CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) organisent régulièrement des sorties et ateliers nature. La participation financière est minime (voire gratuite) et les intervenants sont généralement passionnés et passionnants ! Vous pourrez certainement trouver une des associations labellisées CPIE près de chez vous (80 CPIE répartis sur toute la France en juillet 2014).

C’est l’occasion de partager avec vous quelques photos et informations sur les vautours.

Les vautours présents dans les Pyrénées

(les liens renvoient vers d’autres sites avec plus d’informations sur chacune des espèces présentées) :

  • Vautour fauve : environ 600 couples pour le versant nord des Pyrénées ; côté espagnol environ 25000 couples.
  • Gypaète barbu : environ 120 couples sur l’ensemble de la chaîne pyrénéenne, 38 dans les Pyrénées françaises.
  • Vautour Percnoptère : environ 80 couples, essentiellement en pays basque et Béarn.

Vautour fauve en vol prêt à atterrir

Périodes d’observation et cycle de reproduction des vautours dans les Pyrénées

Les périodes d’observation restent bien sûr approximatives et dépendent de nombreuses conditions notamment de la météo.

EspèceVautour fauveGypaète barbuVautour Percnoptère
Période d’observationToute l’annéeToute l’annéeMars à début septembre (migrateur)
Formation des couplesNovembre à JanvierOctobre – NovembreMars à début Avril
Ponte et incubationJanvier – février
2 mois (55 jours) environ
Décembre – Février
2 mois (54 jours) environ
Avril – Mai
1 mois et demi (42 jours) environ
Jeune au nidMars à juillet
4 mois
Mars à juin
4 mois
Juin à début septembre
3 mois
Envol des petitsJuillet – AoûtFin juin – AoûtAoût – Septembre
Attention, la photo « au nid » est très fortement déconseillée. L’arrêté du 29 octobre 2009 fixe la liste des oiseaux protégés (les 3 espèces citées dans cette article en font partie) et précise : « sont interdits la perturbation intentionnelle des oiseaux, notamment pendant la période de reproduction et de dépendance, pour autant que la perturbation remette en cause le bon accomplissement des cycles biologiques de l’espèce considérée ».
En cas d’infractions, des sanctions sont prévues à l’article L. 415-3 du code de l’environnement : « 1 an d’emprisonnement et/ou 15000€ d’amende »
« L’amende est doublée lorsque les infractions sont commises dans le cœur d’un parc national ou dans une réserve naturelle »
Vous pouvez lire le commentaire de Thierry40 pour avoir plus de précisions sur le sujet.

Vautour fauve en vol (plan serré)

Les quelques photos de vautours fauves illustrant cet article ont été prises sur le même site mais un autre jour lors d’une autre sortie entièrement consacrée à la photo. A ce moment j’avais testé une combinaison un peu improbable : mon objectif Canon 300 mm f/4 avec un doubleur de focale (donc une focale équivalente à un 600mm). Le tout sur un boîtier plein format le Canon 5D mark III, le seul de mes boîtiers capable de garder l’autofocus à f/8 (le doubleur fait perdre 2 diaphragmes).

Et vous ? Avez-vous déjà testé des sorties organisées par un CPIE ? Avez-vous d’autres bons plans à partager pour faire de belles sorties nature ?

NOTEZ L'ARTICLE (survolez l'étoile correspondante à la note puis cliquez dessus)
►| Note moyenne de 2.5 /5 attribuée par 2 votant(s) |

À propos de : Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

7 commentaires

  1. Bravo Hervé pour toutes ces explications fort bien détaillées et documentées.
    Oui, j’ai déjà fait des sorties avec le CPIE de Saint Etienne de Baigorry, elles sont toujours très intéressantes. Les faire avec en plus un accompagnateur comme Jean-François Terrasse qui est un homme passionnant et intarissable est un véritable plaisir.

  2. Magnifiques photos au « 600mm », et merci au 5DMK3 (qui gère le F/8) avec un nouvel AF superbe et une montée en ISO remarquable… à défaut de pouvoir se payer le 1DX ;o)

  3. Comme tu parles des « jeunes au nid » (qui sont d’ailleurs visibles depuis le GR), peut-être peux-tu préciser que la photo « au nid » est fortement déconseillée.
    Ne jamais publier sur internet ni exposer ces « photos au nid particulières » afin de ne pas inciter cette pratique par des personnes peu respectueuses et encore moins « naturalistes ».
    On parle pas mal en ce moment d’éthique du photographe sur les forums animaliers et de certaines condamnations.

    Et tant qu’à faire tu peux ajouter que la loi française peut condamner pour dérangement d’une espèce protégée (y compris et surtout les photographes) jusqu’à « un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende… l’amende est doublée lorsque les infractions sont commises dans le coeur d’un parc national ou dans une réserve naturelle ».

    Plus d’informations sur le site CPEPESC :
    Les interdictions et sanctions concernant les nids et oeufs d’oiseaux
    La nouvelle Directive « Oiseaux » 2009/147 du 30 novembre 2009 qui protège les oiseaux et interdit de les perturber intentionnellement

    • Merci beaucoup Thierry pour ce rappel plus qu’important !
      J’ai rajouté un encart d’avertissement dans mon article. L’éthique, le respect des animaux et de l’environnement doit passer avant toute autre considération photographique.

  4. Jolies les photos…
    300 + doubleur, jamais testé encore
    J’avais fait cette série :
    http://www.joelle-verbrugge-photographe.com/GALLERIES/PAYS-BASQUE/Quelques-balades/Les-Penas-dIxusi
    avec un mélange de 70-200 mm et, pour quelques unes, 70-200 + doubleur également. Déjà ça donnait pas mal.. le plus dur est alors d’arriver à repérer le vautour en plein vol, mais une fois qu’on l’a dans le viseur : que du bonheur !!

    • Oui le coin est magnifique ! Belle série. J’ai aussi utilisé assez souvent la combinaison 70-200 avec doubleur ou multiplicateur 1,4 ; ça donne plus de souplesse qu’une focale fixe mais reste un peu limite en longueur focale pour de l’animalier. Maintenant que j’ai acheté le 150-600 Tamron j’ai un peu délaissé le 300mm…

  5. Bonjour pour ceux et celles qui sont du SUD-EST il est possible de voir et photographier les Vautours Fauves dans les Gorges du Verdon. La Palud sur Verdon (04500) route des crêtes.

Laisser un commentaire