Accueil » Logiciels » Photoshop » Créer et modifier un objet dynamique

Créer et modifier un objet dynamique

Il existe plusieurs méthodes pour créer un objet dynamique sous Photoshop. Cette phase de création est particulièrement importante car elle aura des incidences sur la manière de modifier l’objet dynamique. C’est pourquoi, plutôt que de faire une partie création puis une partie modification des objets dynamiques, j’ai choisi d’organiser ce tutoriel autour des différentes méthodes de création d’un objet dynamique. Mais pour chaque partie traitant d’une méthode de création, nous aborderons également la modification de cet objet dynamique.

Ce tutoriel détaillé (3 pages en tout) explique uniquement comment créer et modifier un objet dynamique. Si vous ne savez pas ce qu’est un objet dynamique et dans quels cas l’utiliser, je vous conseille de lire au préalable l’article intitulé : 9 bonnes raisons d’utiliser les objets dynamiques
Cet article a été préparé sur Adobe Photoshop CS6 extended (Version 13) mais peut s’appliquer aux autres versions de Photoshop (les objets dynamiques ont fait leur apparition à partir de Photoshop CS3).
Dans cet article j’utiliserai indistinctement le terme « objet dynamique » ou « calque dynamique » puisqu’ils ont la même signification.

Créer un objet dynamique à partir de fichiers

Ouvrir un fichier en tant qu’objet dynamique

  • Dans Photoshop, lancez le menu « Fichier – ouvrir en tant qu’objet dynamique… ».
  • Dans la fenêtre suivante, sélectionnez le fichier à ouvrir. Il s’agit d’un fichier ayant un format reconnu par Photoshop (fichier Photoshop PSD, fichier image JPEG, PNG, TIFF, fichier RAW, etc…)
  • Choisissez « Ouvrir »
  • Pour les fichiers au format RAW (et éventuellement JPEG et TIFF selon les préférences retenues), l’image sera, dans un premier temps, ouverte dans Camera Raw. Vous pouvez modifier l’image de manière non destructive. Cliquez ensuite sur le bouton « OK » pour validez vos éventuelles modifications et ouvrir l’image dans Photoshop.
  • Pour les fichiers PDF et Illustrator (AI, Adobe Illustrator), une fenêtre intermédiaire vous permettra de sélectionner la page ou l’image à importer. Validez ensuite votre choix en cliquant sur « OK ».
  • Un nouveau document Photoshop est créé aux dimensions du fichier sélectionné. Un calque dynamique (ou objet dynamique) est automatiquement créé avec le fichier. Dans le panneau des calques, une icône en bas à droite de la vignette du calque indique qu’il s’agit bien d’un calque dynamique (voir la capture ci-dessous).

Panneau des calques : Calque dynamique avec l'icône objet dynamique dans la vignette

Si vous avez ouvert votre fichier au format RAW (ou éventuellement au format JPEG ou TIFF) dans Camera Raw (par exemple en passant par le gestionnaire d’images Adobe Bridge), en appuyant sur la touche « MAJ », le bouton « Ouvrir une image » se transforme en « Ouvrir un objet ». En cliquant dessus, le fichier est ouvert en tant qu’objet dynamique comme avec le menu fichier de Photoshop.

Importer ou glisser un fichier

Voici deux autres méthodes pour créer un objet dynamique dans un document existant.

Créer un objet dynamique par le menu « importer »

Contrairement à « Ouvrir » qui crée un nouveau document, « Importer » signifie « ajouter un fichier à un document existant ». Le menu « Fichier – Importer… » (à ne pas confondre avec le menu « Importation ») va ajouter le fichier sélectionné en tant qu’objet dynamique dans le document actif. Un nouveau calque dynamique sera inséré.

  • Choisissez le menu « Fichier – Importer… »
  • Pour les fichiers RAW (et éventuellement JPEG et TIFF), l’image sera d’abord ouverte dans Camera Raw. Vous pourrez effectuer des modifications avant de l’importer dans Photoshop en cliquant sur « OK ».
  • Pour les fichiers PDF et Illustrator (AI, Adobe Illustrator), une boîte de dialogue intermédiaire vous permettra de sélectionner la page ou l’image à importer. Validez ensuite votre choix en cliquant sur « OK ».
  • Juste après avoir lancé l’import, l’image apparaît en mode « Transformation manuelle ». Il est possible de déplacer l’image dans votre espace de travail et de la redimensionner manuellement juste avant de valider l’import. Positionnez votre souris sur l’un des petits carrés présents sur le cadre qui entoure l’image (le pointeur de la souris se transforme en une double flèche) et faite un glissé de souris pour changer les dimensions. Pensez à appuyer sur la touche « MAJ » si vous souhaitez garder les proportions initiales de l’image. Dans tous les cas, même si vous n’effectuez aucune transformation, vous devez valider cette étape pour importer le fichier.
    • Objets dynamiques - Bouton valider les transformations lors d'un import de fichier Pour valider la phase de transformation, cliquez sur la coche à droite dans la barre d’outils ou appuyez sur la touche « ENTREE ».
    • Objets dynamiques - Bouton annulation les transformations lors d'un import de fichier Si vous cliquez sur ce bouton de la barre d’outils ou appuyez sur la touche « ECHAP » vous annulez l’import en cours.

Objets dynamiques - Barre d'outils et poignets de transformation affichés lors d'un import de fichier

Dans les « Préférences – Général », (menu « Edition ») je préfère décocher « Redimensionner pendant l’importation » (l’option est cochée par défaut).
En effet, si l’option est cochée, l’image importée sera automatiquement réduite si elle ne rentre pas dans l’espace de travail du document. Et, si elle est plus petite, selon le type de fichier, l’image sera même parfois agrandie, ce qui pourra entrainer une perte de qualité de l’image.
Option décochée, le fichier importé arrive avec ses dimensions d’origines (100% de sa taille). Vous pouvez toujours juger de sa qualité par rapport à la taille du document où elle est importée. Et si vous voulez la redimensionner, voire l’agrandir, vous le ferez en toute connaissance de cause.

Créer un objet dynamique par glissement de fichier

Que ce soit depuis l’explorateur de fichiers de Windows ou le Finder sous Mac OS, vous pouvez glisser un fichier vers un document Photoshop. Il est possible aussi d’effectuer cette opération depuis Adobe Bridge ou Mini Bridge (l’équivalent d’un gestionnaire de fichiers pour la suite Adobe).
En effectuant un glissé depuis l’un de ces logiciels vers Photoshop, c’est comme si vous faisiez un import. Avant de valider l’opération, vous pourrez donc transformer l’image comme dans le cas de l’import vu précédemment.

Pour les images pixelisées, la création d’un objet dynamique par import ou glissé est subordonnée à l’option des « Préférences – Général » : « Importer ou faire glisser les images pixelisées en tant qu’objets dynamiques ». Cette option est cochée par défaut dans Photoshop. Décochée, aucun calque dynamique ne sera créé par cette méthode pour les images pixelisées (JPEG, PNG, TIFF, RAW…).

Modification d’un objet dynamique créé à partir d’un fichier

Vous avez 3 possibilités équivalentes pour modifier un objet dynamique :

  • Un double-clic sur la vignette du calque dynamique,
  • Un clic droit sur le libellé du calque dynamique, en choisissant « Modifier le contenu »,
  • Par le menu « Calque – Objets dynamiques – Modifier le contenu ».

Lorsque l’objet dynamique est créé à partir d’un fichier (toutes les méthodes abordées dans cette première partie appartiennent à ce cas), Photoshop garde en mémoire la nature du fichier ajouté en tant qu’objet dynamique. Dans certains cas, il adaptera donc l’outil permettant de le modifier.

Les fichiers RAW : utilisation de Camera Raw

Lorsque l’on choisira de modifier l’objet dynamique, l’image sera ouverte dans Adobe Camera Raw. L’interface offrira toutes les possibilités de modifications non destructives propres aux logiciels de développement RAW. Une fois les changements validés, l’image modifiée sera à nouveau chargée dans votre document Photoshop.

Les fichiers JPEG ou TIFF : utilisation de Camera Raw ou Photoshop

Selon vos préférences Photoshop, un fichier JPEG ou TIFF pourra être modifié dans l’interface de Camera Raw ou bien directement dans Photoshop.
Dans le menu « Edition – Préférences – Camera Raw… », vous pouvez préciser si Camera Raw doit être utilisé ou non pour gérer les fichiers JPEG et TIFF.

  • Par défaut dans la partie « Gestion des fichiers JPEG et TIFF », l’option « Ouverture automatique des fichiers avec des paramètres » est sélectionnée. Cela signifie que seuls les fichiers déjà ouverts et modifiés dans Camera Raw (en passant par Adobe Bridge par exemple) seront ouverts dans ce logiciel.
  • Si vous voulez passer systématiquement par Camera Raw lorsque vous ouvrez ou importez un fichier JPEG ou TIFF en tant qu’objet dynamique, choisissez l’option : « Ouverture automatique de tous les fichiers JPEG/TIFF pris en charge »
  • Au contraire, si vous ne voulez pas passer par Camera Raw (même si le fichier a été modifié auparavant par ce logiciel), choisissez : « Désactiver la prise en charge des fichiers JPEG/TIFF »

A noter que chaque format de fichier a ses propres options : il est donc possible de gérer différemment les fichiers JPEG et TIFF.

Si la modification de l’objet dynamique a lieu directement dans Photoshop (et non dans Camera Raw), le fichier est ouvert dans un nouvel onglet (ou une autre vignette selon le choix d’organisation de vos fenêtres). Ce fichier n’a pas de lien direct avec le fichier initial. C’est une copie de ce fichier (l’extension reste .jpg ou .tif) qui est créée dans un répertoire caché temporaire (en tout cas sous Windows).

Attention, dans le cas d’un fichier JPEG, si vous modifiez le fichier en ajoutant des calques, le format JPEG ne pouvant contenir de calques vous devrez d’abord aplatir l’image avant de l’enregistrer. Si vous n’aplatissez pas l’image, Photoshop proposera d’enregistrer vos modifications sous un fichier PSD et vous perdrez alors le lien avec l’objet dynamique. De retour dans votre document principal, aucune des modifications n’aura été prise.

Les fichiers PSD (format Photoshop)

Il est tout à fait possible d’intégrer un fichier Photoshop PSD en tant qu’objet dynamique dans un autre fichier PSD (dans votre document principal).
Si vous modifiez cet objet dynamique, le fichier PSD sera ouvert dans un nouvel onglet (ou une autre vignette selon le choix d’organisation de vos fenêtres). Votre fichier initialement importé restera intact car c’est en fait une copie cachée de ce fichier qui est modifiée (sous Windows, cette copie se trouve dans un répertoire caché et elle porte comme l’originale l’extension PSD). La copie du fichier initial peut être modifiée comme n’importe quel document Photoshop. Vous pouvez notamment ajouter des calques, peindre, appliquer des filtres ou des réglages, etc. Après avoir enregistré toutes vos modifications, elles seront automatiquement répercutées sur votre document principal (le calque dynamique affichera l’image modifiée).

Les fichiers vectoriels

Un fichier vectoriel intégré dans Photoshop en tant qu’objet dynamique peut être modifié dans l’application ayant servi à le créer. Une fois les modifications validées, le dessin vectoriel mis à jour sera à nouveau visible dans Photoshop.

Cela suppose cependant d’avoir un logiciel de création graphique vectorielle comme Adobe Illustrator. Contrairement à Camera Raw, Adobe Illustrator n’est pas inclus dans Photoshop.

Les fichiers PDF

Modifier un fichier PDF ouvert ou importé en tant qu’objet dynamique dans Photoshop va rouvrir la boîte de dialogue « Importer un fichier » avec uniquement la sélection de page et images déjà faite lors de l’import. Et si vous modifiez les quelques options déjà disponibles lors de l’import, Photoshop voudra enregistrer le fichier au format PSD et vous perdrez alors le lien : vos modifications ne seront pas visibles de retour sur votre document principal… Bref, si vous voulez retravailler en profondeur la page ou l’image importée d’un PDF, il vous faudra la pixeliser au préalable.

… ouf, c’était la partie la plus longue. Plus que 2 pages !

Bannière soutenir le blog LuzPhotos
NOTEZ L'ARTICLE (survolez l'étoile correspondante à la note puis cliquez dessus)
►| Note moyenne de 3.5 /5 attribuée par 16 votant(s) |

À propos de : Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

3 commentaires

  1. Merci Hervé pour toutes ces précisions.

  2. Très très bon article…!!!!!!!!

Laisser un commentaire