Accueil » Matériel » Filtres » Comment bien utiliser une bonnette macro ?

Comment bien utiliser une bonnette macro ?

La première fois que vous allez utiliser une bonnette macro, vous risquez d’être surpris par son mode de fonctionnement particulier : une fois vissée sur votre objectif, vous ne pourrez plus faire le point sur des sujets même un peu éloignés (la mise au point ne se fera pas au-delà d’un mètre et même bien avant dans la plupart des cas). Vous n’avez pas d’alternatives, vous devez utiliser la bonnette macro pour sa fonction première et unique : faire de la photographie rapprochée, de la proxy-photographie ou de la macrophotographie.

Dans cet article nous allons voir en détail comment bien utiliser une bonnette macro en tenant compte de ses limitations et contraintes de fonctionnement.

  • Si ces termes de proxy et macro-photographie et celui de grandissement, que j’utiliserai dans cet article, ne vous sont pas familiers, n’hésitez pas à consulter l’article Macrophotographie : définition par le grandissement avant de continuer la lecture de cet article
  • De même, si vous ne savez pas du tout ce qu’est une bonnette macro, quel est son principe de fonctionnement et comment ne pas se tromper lors de son achat, je vous conseille vivement de lire avant l’article Quelle bonnette macro choisir ?

Utilisation d’une bonnette macro

Nous allons voir les particularités d’utilisation d’une bonnette macro.

L’installation d’une bonnette macro

Exemple d'une bonnette macro MarumiUne bonnette macro ressemble à une grosse loupe assez épaisse (et sans manche 🙂 ) avec un pas de vis. Elle se visse à l’avant de votre objectif (comme n’importe quel filtre). Cela suppose bien entendu qu’au moment du choix vous deviez savoir sur quel objectif vous allez l’utiliser en priorité pour faire correspondre le diamètre de la bonnette à celui de l’objectif ou bien prévoir l’adaptateur correspondant.

Sachez aussi que certaines bonnettes sont vendues directement avec un adaptateur qui permet de les fixer sur des objectifs présentant différents diamètres. C’est le cas des bonnettes macro Raynox qui sont compatibles avec des diamètres d’objectifs allant de 52 à 67 mm (vous pouvez lire l’article pour bien choisir une bonnette macro pour en savoir plus sur ce système Raynox).

Un des gros avantages de cet accessoire, c’est son faible encombrement. Lors de vos escapades natures, je vous conseille donc d’avoir votre bonnette macro systématiquement dans votre sac photo pour pouvoir faire un peu de macrophotographie si l’occasion se présente (assurez-vous juste avant de bien avoir les objectifs et/ou les adaptateurs compatibles avec votre bonnette 😉 ).

Sur le terrain, si vous voyez un sujet qui se prête à la photographie rapprochée, vissez simplement votre bonnette sur l’avant de votre objectif. Vous êtes prêt à faire de la macrophotographie (au sens large du terme).

Utilisation d'un bonnette macro - fixation par vissage à l'avant d'un objectif

Si votre bonnette macro et la proximité de votre sujet le permettent, n’hésitez pas à remettre votre paresoleil sur votre objectif : cela protégera la lentille des chocs et rayures et limitera les éventuels reflets parasites.

Une utilisation limitée

Vous le constaterez très vite, lorsque vous utilisez une bonnette macro, la plage de mise au point sera à la fois très proche et très réduite.

Une plage de mise au point très proche

Une fois la bonnette vissée sur l’objectif, si vous regardez dans le viseur de votre appareil photo et visez au loin, vous verrez une image totalement floue. Vous aurez beau essayer de faire la mise au point, rien n’y fera : l’autofocus patinera, cherchera désespérément à faire le point sans y arriver… cela peut surprendre la première fois mais c’est tout à fait normal. Un objectif équipé d’une bonnette macro ne pourra faire le point que dans une zone extrêmement proche du photographe. Cette zone de mise au point variera en fonction de la puissance de votre bonnette. Comme précisé en introduction, une fois la bonnette macro installée sur l’avant de l’objectif, vous ne pourrez faire plus qu’une chose : de la photographie rapprochée.

Le fait de ne pouvoir faire que de la photographie rapprochée avec une bonnette macro constitue une grosse différence avec un objectif macro (dans le sens strict du terme, c’est-à-dire un objectif spécialisé dans la macrophotographie autorisant un grandissement d’au moins 1) : avec un tel objectif, vous pourrez vous rapprocher très près de votre sujet et en faire un très gros plan, comme avec une bonnette macro, mais aussi (et c’est là la différence) faire des photographies plus classiques comme des portraits ou même pourquoi pas, des photos de paysage…

Nous l’avons déjà vu dans l’article pour bien choisir une bonnette :
Plus le nombre de dioptries de la bonnette macro est élevé, plus la distance de mise au point sera réduite et plus le grandissement sera important.

Le rapport 1/dioptries nous donne la distance de mise au point en mètre entre l’avant de la bonnette et le sujet, pour un réglage de la bague de mise au point sur le repère de l’infini.

Le tableau ci-dessus montre les différentes distances de travail en fonction de la puissance de la bonnette macro.

Distances de mise au point par dioptrie (puissance d’une bonnette macro)
Puissance bonnette macro (en dioptries)Distance de mise au point (en cm)
1100
250
333
425
520
617
714
813
911
1010
Par exemple, une bonnette macro d’une puissance de 2 dioptries nous donnera une distance entre le sujet et la bonnette de 50 cm (1/2 m), une de 4 dioptries, une distance de 25 cm (1/4 m).

Ce qui est particulièrement intéressant avec une bonnette macro c’est que cette distance minimale (mise au point sur l’infini) ne variera quasiment pas en fonction de vos objectifs et des focales utilisés.

Par exemple, avec une bonnette de 3 dioptries (distance théorique de mise au point égale à 1/3 m soit 33,33 cm), sur mon objectif Canon 70-200mm f/2.8, les mesures me donnent entre 32,8 et 33 cm selon les focales retenues (distance entre le bord externe de la bonnette et le sujet). De même avec mon 300mm je mesure 32,8 mm : vous voyez que je sois à la focale de 70mm sur un zoom ou à 300mm sur un téléobjectif, j’ai une distance minimale de mise au point à l’infini sensiblement la même. Bien sûr plus ma focale sera élevée plus j’obtiendrai un grandissement important.
Attention, habituellement la distance minimale de mise au point indiquée dans la fiche technique des objectifs, représente la distance entre le sujet et le plan focal (le capteur) ; ici les distances sont des distances de travail qui correspondent à l’espace entre le sujet et l’avant de la bonnette macro.

Une plage de mise au point réduite

Avec une bonnette macro, vous pouvez tout de suite oublier les indications de distances de mise au point de votre objectif.

Par exemple, sur un objectif 70-200mm Canon, l’échelle des distances de mise au point est affichée dans une petite fenêtre sur l’objectif. En tournant la bague de mise au point, cela va de 1,2 m pour la distance minimale à l’infini en passant par 1,5 m, 2, 3, 5 et 10 m.

Nous avons vu qu’avec une bonnette macro, si la bague de mise au point est positionnée sur l’infini, la distance de mise au point est ramenée, à un mètre pour la bonnette la moins puissante et à seulement quelques centimètres pour des bonnettes un peu plus fortes… on est plus du tout sur la même échelle !
Si vous tournez la bague de la position infini vers la distance minimale de mise au point de votre objectif (dans l’exemple, vers le repère de 1,2 m), vous pourrez simplement avancer de quelques centimètres vers le sujet à photographier et donc augmenter encore un peu plus le rapport de grandissement (l’image du sujet augmentera dans le cadre de l’image).

Voici un tableau présentant les distances et plages de mise au point (bague calée sur le repère mini et infini) pour différents objectifs et focales avec une bonnette macro d’une puissance de 3 dioptries.

Distances de mise au point (map) en cm avec une bonnette macro 3 dioptries
pour différents objectifs et focales
Objectif
(Canon)
Map mini
normale
Focale
(mm)
Map
infini
max
Map
marque
infini
Map
mini
Map
plage
max
24-105mm f/445243734,214,722,3
5033,832,513,820
10534,93313,421,5
100mm Macro f/2.8301003532,28,626,4
70-200mm f/2,81207033,83324,29,6
13533,432,724,19,3
20033,532,6249,5
300mm f/415030033,232,825,77,5

Distances de mise au point (map) en cm avec une bonnette macro 3 dioptries pour différents objectifs et focales.

Légende du tableau (colonnes) :

  • Objectif : références des objectifs testés. Ici, il s’agit d’objectifs de la marque Canon (comme d’ailleurs le boîtier utilisé lors des mesures, un EOS 5D mark III). En réalité cela importe peu car quel que soit le fabricant, les résultats auraient été sensiblement les mêmes.
  • Map : distance de mise au point en cm.
  • Map mini normale : distance de mise au point minimale mesurée entre le sujet et le capteur (donnée constructeur). En dessous de cette distance, la mise au point est impossible (objectif seul sans bonnette).
  • Focale : la focale testée sur l’objectif.
  • Map : exceptée la « Map mini normale » qui correspond à la distance entre le capteur et le sujet, toutes les autres Map du tableau représentent la distance entre le bord avant de la bonnette et le sujet.
  • Map infini max : bague de mise au point en butée après le repère de distance infini.
  • Map marque infini : bague de mise au point alignée au niveau de la marque de l’infini (chez Canon, coude du L en face du repère des distances).
  • Map mini : bague de mise au point en butée au niveau de la distance minimale.
  • Map plage max : différence en cm entre « Map infini max » et « Map mini ». il s’agit donc de la plage totale où la mise au point est possible (voir ci-dessous pour plus d’explications).

Avec ce tableau, vous pouvez constater que la plage de mise au point est très réduite avec une bonnette macro.
Par exemple, à la focale 200mm vous pouvez être éloigné au maximum de 33,5 cm du sujet (grandissement minimal pour cette focale), et vous en rapprocher au maximum à 24 cm (grandissement maximal), soit une amplitude de seulement 9,5 cm (de 24 à 33,5 cm). Au-delà de ces limites, la mise au point n’est plus possible.

A la lecture de ce tableau, il semblerait bien que l’étendue de la plage de mise au point soit inversement proportionnelle à la distance minimale de mise au point de l’objectif. Avec le 24-105mm qui a une Map mini de 45 cm, la plage est d’environ 21 cm, avec le 70-200mm, la Map mini est de 1,2 m pour une plage d’environ 9,5 cm. Avec le 300mm (Map mini de 1,5m) on passe à 7,5 cm.
Et, c’est bien avec l’objectif macro qui par sa construction permet d’avoir une distance minimale de mise au point très courte (30 cm), que la plage est la plus grande (un peu plus de 26 cm).

Mettons de côté le cas de l’objectif macro (généralement l’achat d’une bonnette macro a pour but de faire de la macrophotographie pour pas cher et donc d’éviter l’achat d’un objectif dédié), et des courtes focales qui avec une bonnette macro présentent moins d’intérêt en raison d’un faible grandissement.
Au final, vous pouvez retenir qu’avec un zoom assez puissant comme un 70-200mm équipé d’une bonnette macro, la plage de mise au point ne fait que quelques centimètres (une dizaine de centimètres dans le cas testé ici).

Sur les objectifs avec un sélecteur de plage de distance de mise au point, pensez à le mettre sur la plage la plus grande sinon vous allez encore limiter votre latitude de mise au point déjà très réduite. Par exemple, sur le Canon EF70-200mm f/4L IS USM il faudra choisir la plage « 1,2m – infini » (distance minimale à l’infini) plutôt que « 3 m – infini ».

Conseils d’utilisations sur un cas pratique

Dans cette partie, j’essaye de décomposer assez précisément une méthode d’utilisation d’une bonnette macro. D’autres photographes auront peut-être une manière de faire différente. Il s’agit juste d’une proposition dans laquelle vous pourrez prendre ce qui vous semble intéressant.

Nous allons continuer sur le cas de l’utilisation d’une bonnette macro sur un zoom assez puissant (dans notre exemple, une bonnette macro de 3 dioptries sur un objectif 70-200mm) en imaginant devoir photographier à main levée un petit sujet mobile qui risque de partir (un insecte craintif par exemple). Si vous parvenez à photographier ce type de sujet, un objet immobile ou un sujet peu craintif ne devrait pas vous poser de problèmes !

1) Avant même toute utilisation de la bonnette macro :
Pour éviter de tâtonner, vous devez avoir en tête sa distance maximale de travail. C’est grâce à elle que vous pourrez rapidement être opérationnel.
Pour rappel, pour une bonnette de 3 dioptries ce sera 1/3 m, donc environ 0,3 m soit 30 cm qui correspond à la distance maximale entre l’avant de votre bonnette et votre sujet (mise au point faite à l’infini). Vous savez donc que vous pourrez faire le point à partir de cette distance et qu’il sera encore possible de vous rapprocher de quelques centimètres.

2) Avant même d’approcher le sujet :

• Si votre objectif le permet, pensez à activer la stabilisation optique et vérifiez que le sélecteur de plage de distance de mise au point (s’il y en a un) n’est pas sur une plage de travail réduite.

• Si vous avez déjà l’habitude d’utiliser la combinaison appareil photo, objectif et bonnette macro, vous pourrez sans doute directement choisir approximativement la focale adaptée à la taille de votre sujet (pour des exemples visuels de ce que donne une bonnette 3 dioptries à différentes focales sur un appareil plein format ou un APS-C, vous pourrez consulter la dernière partie de cet article).

• Dans le même esprit, essayez de définir vos paramètres d’exposition : ouverture, vitesse d’obturation et sensibilité.

• Tournez la bague de mise au point sur l’infini (en butée) pour privilégier l’éloignement maximal par rapport au sujet.

3) L’approche du sujet et le déclenchement :

  • Comme précisé au début vous devriez déjà savoir évaluer la distance de travail maximale. Approchez-vous doucement du sujet. Lorsque vous êtes proche de cette distance, observez l’image dans le viseur sans appuyer sur le déclencheur (vous perdriez la mise au point réglée sur l’infini) : au fur et à mesure que vous avancerez l’appareil, l’image deviendra plus nette… vous avez trouvé la distance maximale de travail avec votre réglage sur l’infini. Si vous continuez un peu l’image redeviendra à nouveau floue mais vous êtes dans la plage où la mise au point est possible.
  • Avec un réglage standard d’appareil photo, si vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, la mise au point se fera sur le sujet (cela suppose toutefois d’avoir correctement positionné le collimateur à l’endroit précis où faire la mise au point). Si vous gardez le doigt sur le déclencheur sans appuyer à fond, la distance de mise au point est gardée : il suffit alors de très légèrement bouger votre buste (donc l’ensemble appareil, objectif et bonnette macro) pour ajuster le plan de netteté. Vous pouvez déclencher lorsque vous jugez que la netteté est maximale sur la partie qui vous intéresse.
  • Bien sûr, si vous constatez que le sujet est trop petit dans le cadre, zoomez au maximum si ce n’est pas déjà fait (et inversement s’il est trop grand).
  • Si le sujet craintif n’est pas parti, que vous êtes au maximum du zoom mais que votre sujet est encore un peu petit dans la photo, essayez encore de vous approcher tout doucement (nous avons encore un peu de marge puisque nous avions commencé avec une mise au point à l’infini) et répétez l’opération décrite ci-dessus pour fignoler votre mise au point avant de déclencher à nouveau.

Dans l’exemple, j’ai gardé l’autofocus actif, tout en jouant sur la possibilité de fixer la mise au point et de peaufiner la netteté en bougeant le boîtier, mais certains préfèrent tout faire en mise au point manuelle sans l’assistance de l’autofocus. C’est tout à fait possible et finalement peut-être plus simple si vous n’êtes pas vraiment à l’aise avec la notion de collimateurs et de réglages autofocus (ou si votre autofocus n’est pas efficace dans ce cas de figure).

Le cumul de plusieurs bonnettes macro

Même si personnellement je suis un peu sceptique sur la qualité du résultat, sachez qu’il est possible de cumuler plusieurs bonnettes macro à condition de visser les bonnettes en allant toujours de la plus puissante à la moins puissante (la bonnette la plus forte sera vissée en premier sur l’objectif puis la moins puissante sera positionnée en second sur la première).

Par exemple, une bonnette macro 3 dioptries associée à une autre bonnette de 2 dioptries donnera une puissance totale de 5 dioptries. En toute logique, à qualité égale, les 2 bonnettes macro seront optiquement moins performantes qu’une seule bonnette de 5 dioptries.

Exemples de photos avec une bonnette macro de 3 dioptries

Pour terminer, je voulais vous montrer ce que donne en photos une bonnette macro de 3 dioptries sur un objectif 70-200mm puis un objectif 300mm, montés tour à tour sur un appareil plein format (capteur 24×36 mm) puis sur un appareil à capteur APS-C.

La première colonne du tableau correspond à une mise au point faite à l’infini (la distance maximale de mise au point imposée par la puissance de la bonnette macro) et la seconde, à une mise au point faite sur la distance minimale permise par l’objectif (la plus courte distance avec le sujet). Pour une même focale, nous aurons donc le grandissement minimal et maximal.

Le matériel utilisé :

  • Bonnette Macro de marque Marumi, achromatique de 3 dioptries de diamètre 77 mm: MARUMI Close-Up Achromat 3D DHG (Digital High Grade).
  • Objectif Canon EF70-200mm f/4L IS USM (le diamètre de cet objectif étant de 67 mm, j’ai monté une bague d’adaptation 67-77mm pour ajouter la bonnette macro).
  • Objectif Canon EF300mm f/4L IS USM (bonnette montée directement sans bague d’adaptation).
Même si j’ai réalisé ces tests avec soin, les données relevées dans les tableaux sont des mesures de terrains dont la précision n’est pas infaillible (sur le zoom les repères sont parfois un peu approximatif : par exemple sur ce zoom, le repère pour la focale 135 mm et 200mm est indiqué mais pas celle pour les 150mm…). Ces mesures donnent toutefois un très bon ordre d’idée sur les contraintes et les résultats que l’on peut obtenir avec de telles combinaisons.

Bonnette macro utilisée sur un APN plein format

Ce premier tableau présente les photos prises avec un appareil photo ayant un capteur 24x36mm (en l’occurrence un Canon EOS 5D mark III).

Photos avec une bonnette macro à différentes focales et distances de mise au point sur un APN plein format

Bonnette macro utilisée sur un APN APS-C

Ce second tableau présente des photos prise avec un appareil photo à capteur APS-C (ici un Canon EOS 7D).

Même si, comme nous avions déjà pu le voir dans l’article parlant du grandissement, les rapports de grandissement sont identiques (sauf légères imprécisions dues à la méthode empirique de calcul), avec le capteur APS-C le sujet est visiblement plus grand dans le cadre qu’avec un capteur plein format.
Dans notre exemple, comme j’ai utilisé un appareil photo Canon, l’image est agrandie environ 1,6x. Ce chiffre correspond au coefficient de conversion chez Canon (1,5x pour la plupart des APS-C des autres marques).

Photos avec une bonnette macro à différentes focales et distances de mise au point sur un APN APS-C

Pour une utilisation efficace de votre bonnette macro sur le terrain, il est intéressant d’avoir en mémoire ce qu’elle donne approximativement avec votre boîtier et l’objectif que vous utilisez généralement avec votre bonnette. Cela vous permettra de trouver plus rapidement les réglages les plus adaptés à votre sujet.

Et vous ?Avez-vous déjà utilisé une bonnette macro ? N’hésitez pas à parler de votre expérience. Avez-vous rencontré des difficultés ? Avez-vous des conseils, des astuces à partager ?

Téléchargez le guide gratuit du blog

Guide gratuit

Vous souhaitez faire de plus belles photos sans nécessairement avoir à investir dans un nouvel appareil plus performant que celui que vous avez actuellement... bonne nouvelle, c'est tout à fait possible ! Et oui, heureusement la valeur d’un photographe ne se mesure pas à la valeur de son matériel photo !

Quel que soit votre équipement photo actuel, si vous souhaitez passer à la vitesse supérieure dans votre pratique photographique ("faire de la photos" et non "prendre des photos"), il faudra nécessairement savoir reprendre la main sur les automatismes de votre appareil ; c’est un des conseils que je développe dans le guide « Les 10 commandements pour progresser en photo ».

Si vous cherchez de bons conseils, une démarche globale pour véritablement progresser en photo, vous pouvez télécharger gratuitement le guide simplement en vous inscrivant à la newsletter du blog !

▼ CET ARTICLE VOUS A PLU, DITES LE EN LE NOTANT :
►| Note moyenne de 4.3 /5 attribuée par 23 votant(s) |

À propos Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

4 commentaires

  1. Avec ma petite expérience, je rajouterai ne pas se décourager, il est indispensable de chercher la bonne longueur focale sur un zoom et l’ouverture qui ne montre pas trop les défauts optiques causés par la bonnette.

    En fermant le diaphragme, l’inconvénient une vitesse d’obturation plus lente et risque de bougé.

    Dans ce cas ne pas hésiter à utiliser le flash en appoint de la lumière ambiante avec un bon dosage ça passe super bien.

    Merci Hervé, excellent article.

  2. POGGI jean-michel

    Bonjour,
    Je trouve cet article excellent ,trés détaillé,trés clair ,c’est un plaisir de le consulter et d’y revenir.
    Merci beaucoup et bravo pour ce talent!.

Laisser un commentaire