Accueil » Prise de vue » Verrouillage du miroir : fonctionnement et utilité

Verrouillage du miroir : fonctionnement et utilité

L’option verrouillage du miroir, aussi appelé relevage du miroir, miroir levé ou miroir vers le haut (en anglais « Mirror Up »), est présente sur la plupart des appareils photo reflex. Son activation va éviter le flou de bougé dû aux vibrations de l’appareil photo au moment de la remontée du miroir lors de la prise de vue. Nous allons voir son principe de fonctionnement, dans quels cas cette option est vraiment utile, comment l’activer et aussi comment s’en passer si vous ne l’avez pas.

Verrouillage du miroir : principe de fonctionnement et intérêt

Sur les appareils photos reflex à visée optique, le miroir permet d’amener l’image passant au travers de l’objectif jusqu’au viseur : c’est grâce à lui que vous voyez la scène à photographier lorsque vous avez l’œil collé à l’œilleton de votre appareil (l’image de la scène se réfléchit dans le miroir et est amenée et redressée par un prisme situé au-dessus, au niveau du viseur). Tant que vous n’appuyez pas à fond sur le déclencheur, le miroir reste baissé. C’est seulement au moment du déclenchement que le miroir va se relever pour laisser passer la lumière, au travers de l’obturateur, jusqu’au capteur photosensible.

Le mouvement rapide du miroir provoque inévitablement des vibrations qui se répercutent sur le boîtier entraînant alors un risque de flou de bougé qui peut nuire à la netteté de la photo.
Voici une vidéo qui montre au ralenti ce qui se passe au moment de la prise de vue : observez bien le mouvement du miroir qui se relève, prend un peu de temps pour se stabiliser (c’est lorsque le miroir arrive en haut en butée qu’il transmet des vibrations au boîtier) avant de redescendre à la fin de l’exposition.

Verrouiller le miroir signifie amener le miroir en position haute avant même le déclenchement proprement-dit, c’est-à-dire avant que l’obturateur ne s’ouvre pour laisser passer la lumière jusqu’au capteur. L’idée est d’éviter les vibrations provoquées par le déplacement du miroir en position haute.

Alors qu’avec un déclenchement « classique » toutes les phases s’enchaînent rapidement sans aucune interruption, avec l’option verrouillage du miroir, il y a un temps de pose entre la montée du miroir et le déclenchement :

  1. Premier appui sur le déclencheur (avec ou sans télécommande) : le miroir se relève (se verrouille).
  2. Ensuite, il faut attendre un peu pour que le miroir se stabilise et que les vibrations cessent. A ce moment, comme le miroir est relevé, le viseur n’affiche plus d’image. Cette phase de temporisation peut être contrôlé par le photographe (attente volontaire) ou être gérée automatiquement par l’appareil (temporisation programmée). Dans les deux cas, le but est de laisser le temps aux vibrations de se dissiper avant de prendre la photo (pour éviter le flou de bougé).
  3. A la fin d’une temporisation ou par un second appui sur le déclencheur, l’obturateur s’ouvre pour prendre la photo : c’est le début de l’exposition, l’image s’imprime sur le capteur.
  4. Une fois l’exposition terminée, le miroir peut redescendre pour permettre à nouveau de voir au travers du viseur.

Activer l’option de verrouillage du miroir

Avant d’aller plus loin, sachez que tous les appareils reflex n’ont pas la possibilité de relever (ou verrouiller) le miroir lors de la prise de vue.

Pouvez-vous relever le miroir à la prise de vue ?

Si vous avez un appareil photo numérique (APN) de type reflex et que vous ne savez pas si vous disposez de la possibilité de relever le miroir, faites une petite recherche dans votre mode d’emploi :

  • Le plus simple est d’avoir votre mode d’emploi sous forme de fichier numérique (normalement il s’agit d’un fichier PDF) et de rechercher le terme « miroir » ; Vous allez vite trouver si l’option de verrouillage du miroir existe ou non.
  • Si vous avez votre mode d’emploi uniquement sous forme papier, selon les marques l’option prendra différentes appellations :
    • Chez Canon, il faudra chercher « Verrouillage du miroir » dans l’index (le terme « miroir » seul n’y figure pas). Au début des modes d’emploi, dans la partie d’introduction, il existe aussi des pages bien pratiques avec des dessins de l’appareil photo accompagnés de descriptifs rapides des éléments composants le boîtier : dans la vue de face, vous retrouverez le miroir et le renvoi aux pages qui en parlent.
    • Chez Nikon, vous pourrez chercher le terme « miroir » dans les dessins de l’introduction (comme chez Canon) ou dans l’index. Nikon parle de « Mode miroir vers le haut », « Miroir levé », « Miroir en haut » et utilise également l’abréviation anglaise « MUP » (pour « Mirror Up »).
    • Chez Pentax, vous retrouverez le mot « miroir » dans l’index à la fin du mode d’emploi. On retrouve les terminologies de Canon et Nikon : Pentax parle de prise de vue ou fonction miroir verrouillé, miroir levé ou relevé et utilise aussi l’abréviation anglaise « M.UP » ou « MUP » (Mirror Up).

Je n’ai pas parlé de Sony car les appareils actuels de la marque utilisent un viseur électronique avec un miroir semi-transparent qui ne bouge pas lors de la prise de vue (il n’y a donc aucun risque de vibrations de ce côté).

Attention, ne confondez pas l’option verrouillage du miroir (miroir levé ou vers le haut…), pour éviter les vibrations lors de la prise de vue, avec l’option permettant de relever le miroir afin d’accéder au capteur pour le nettoyer… Sur les boîtiers d’entrée de gamme, l’option de nettoyage sera présente mais pas nécessairement celle du verrouillage du miroir à la prise de vue.

Chez Canon, la fonction de nettoyage se retrouve dans le menu « Configuration », « Nettoyage du capteur – Nettoyage manuel » : avant validation de l’opération, un message indique la « remontée du miroir ».

Contrairement à Canon, chez Nikon, le terme « verrouiller » est réservé à cette option de nettoyage manuel. Dans le menu Configuration il faudra choisir « Verrouiller miroir/nettoyage » pour pouvoir nettoyer le filtre passe-bas du capteur.

Sur les reflex Sony, le nettoyage du capteur est le seul cas où le miroir devra être relevé : par exemple, sur le Sony Alpha 77, il faudra pousser un levier de verrouillage du miroir pour pouvoir ensuite le relever.

Inutile de vous dire que, quel que soit l’appareil, l’opération de nettoyage est assez délicate et risquée…

Activation du verrouillage du miroir selon les marques

Si vous avez suivi la partie précédente et si l’option existe sur votre appareil, vous devriez normalement avoir trouvé les pages du mode d’emploi qui en parlent et donc, après lecture, être capable d’activer l’option.

Attention, sur la majorité des appareils photo, si vous avez choisi le mode de prise de vue tout automatique, l’option miroir verrouillé ne sera pas disponible (comme d’ailleurs bien d’autres réglages)…

Voici quelques explications par marque pour activer le verrouillage du miroir (attention, je vous présente des généralités susceptibles de ne pas s’appliquer en tout point à votre modèle d’appareil photo) :

Verrouillage du miroir chez Canon

Chez Canon, sur beaucoup d’appareil, l’option se trouve dans les fonctions personnalisées « C.Fn III : Autofocus/Cadence » : la fonction porte le nom « verrouillage du miroir ».
Sur des modèles d’appareils assez récents comme le Canon EOS 5D mark III, le 5DS, le 6D ou le 70D, l’option « verrouillage du miroir » sera accessible dans un des sous-menus de l’onglet « Prise de vue ». Une fois entrée dans la fonction, vous aurez le choix entre « Activer » (le miroir se lèvera avant le déclenchement) et « Désactiver ».

Nouveau menu Verrouillage du miroir sur le Canon EOS 5DSA noter l’apparition d’un nouveau menu plus complet avec le Canon EOS 5DS : le premier choix « 2 pressions pour prise » correspond au mode de fonctionnement par défaut des autres appareils lorsque vous choisissez « Activer » dans le menu « Verrouillage du miroir ». Les autres menus retardent le déclenchement après la montée du miroir (par exemple, « Prise 1 s après pression ») : cette temporisation va de 1/8 de seconde à 1 seconde. Sur les autres boîtiers, ce sera moins rapide et pratique pour avoir un mode de fonctionnement comparable : après avoir activé l’option de verrouillage du miroir, il faut ensuite choisir le retardateur (choix généralement limité entre 2 ou 10 secondes).

Mode miroir vers le haut chez Nikon

En fonction des modèles d’appareils photo, vous pouvez provoquer la levée du miroir avant le déclenchement de deux façons :

  • Si votre appareil possède un sélecteur du mode de déclenchement (sur la molette de gauche où se trouve aussi le mode vue par vue, continu, retardateur…) : après avoir appuyé sur la commande de déverrouillage, tournez le sélecteur sur le mode « MUP » (Mirror Up) : mode miroir vers le haut. Un premier appui sur le déclencheur, lèvera le miroir et un second appui déclenchera la prise de vue.
  • Sinon, sur la plupart des appareils (avec ou sans le sélecteur du mode de déclenchement), vous trouverez dans les « Réglages personnalisés » dans la partie « d – Prise de vue/affichage » l’option « Temporisation miroir levé ». En activant cette option, le déclenchement se fera en 2 temps : levé du miroir puis, après un délai d’une seconde environ (certains appareils vous proposeront de choisir entre 1, 2 ou 3 secondes), la photo sera prise (vous n’avez pas à appuyer deux fois comme dans le cas précédent).

Prise de vue miroir verrouillé chez Pentax

Dans les modes de déclenchement (avec les modes prise de vue Rafale, Retardateur…) sélectionnez « MUP » (« Mirror Up »). Vous avez deux choix :

  • « MUP » tout court qui correspond à « Prise de vue miroir verrouillé » par appui sur le déclencheur.
  • « M.UP » avec l’icône d’une télécommande juste en dessous : prise de vue miroir relevé avec une télécommande.

Dans les deux cas, un premier appui sur le déclencheur (de l’appareil ou de la télécommande) lève le miroir (par défaut, un bip sonore se fait entendre) et un second appui prend la photo.

Après avoir réalisé vos prises de vue avec le miroir relevé, pensez à désactiver l’option ! En effet, la fonction reste généralement activée même après avoir éteint l’appareil : de quoi vous perturber et louper les prochaines photos, le temps de comprendre que ce n’est pas l’appareil qui a un problème mais bien vous qui avez simplement oublié de désactiver le verrouillage du miroir…
Sur certains boîtiers Pentax vous pouvez choisir d’enregistrer ou non le mode de déclenchement à l’extinction de l’appareil (menu « Mémoire » dans « Mode prise de vue »).

L’utilisation du trépied

A main levée, l’utilisation de l’option miroir verrouillé n’est pas très pratique ni conseillée :

  • Si vous devez appuyer à nouveau sur le déclencheur pour prendre la photo (le premier appui ayant relevé le miroir), cette action risque de faire bouger l’appareil bien plus que ne le ferait le mouvement du miroir.
  • Et même si le déclenchement se fait par le retardateur, vous devrez garder la position et le cadrage en ne voyant plus rien dans le viseur pendant la durée de temporisation (au moment où le miroir se relève, le viseur n’affiche plus rien jusqu’au déclenchement). Pas très pratique… A la limite dans ce cas, si votre appareil le permet (comme par exemple sur le Canon EOS 5DS), il faudra plutôt choisir une temporisation courte qui atténuera l’impact des vibrations du miroir sans trop perturber la prise de vue (cadrage à l’aveugle pas trop long).
  • D’autre part, nous verrons un peu plus loin, que globalement le flou de bougé dû au miroir sera plus présent avec de longues focales et des temps de poses relativement long : des conditions où, à main levée, votre propre flou de bougé risque d’être largement prédominant par rapport à celui du miroir

Pour toutes ces raisons, le verrouillage du miroir s’utilise habituellement avec l’appareil fixé sur un trépied. Dans ce cas, comme précisé plus haut, même sur trépied, éviter de prendre la photo en appuyant directement avec le doigt : miroir relevé ou non, vous risqueriez de faire bouger l’appareil. Utilisez plutôt le retardateur de votre appareil photo ou mieux, une télécommande : en faisant ainsi, aucun risque de faire bouger l’appareil au déclenchement.

Sauf rares exceptions, sur trépied, pensez à désactiver la stabilisation optique si votre objectif en est équipé (paradoxalement si votre boîtier est bien stable, le système de stabilisation risque de provoquer un flou de bougé). D’ailleurs chez Pentax, lorsque le mode prise de vue miroir verrouillé (MUP) est activé, la fonction de stabilisation du boîtier « Shake Reduction » est automatiquement désactivée.

Dans quels cas le verrouillage du miroir est utile

Dans certaines situations, l’option verrouillage du miroir aura un réel impact sur la netteté de votre photo alors que dans d’autres, l’impact sera minime voire indécelable.

Type de prises de vue sensibles aux vibrations du miroir

Pour juger de la stabilité de votre appareil photo, faites l’expérience suivante : prenez votre zoom avec la plus longue focale, désactiver l’éventuelle stabilisation optique et mettez-vous en live view (visée par l’écran arrière) et comparez la stabilité de l’image entre la plus petite focale et la plus grande. Si votre appareil le permet, amusez-vous maintenant à zoomer par l’écran arrière (comme vous le feriez en lecture d’image)… vous allez constater que plus l’image est grossie, plus le moindre de vos mouvements est amplifié : un petit tremblement devient un véritable séisme sur l’écran. Impossible de garder l’image immobile sauf si vous utilisez un trépied. Et même dans ce cas, si vous effleurez votre appareil photo, l’image va se mettre à trembler avant de se stabiliser. On comprend alors aisément que dans ce cas de figure, même de légères vibrations provoquées par le mouvement du miroir de l’appareil pourront engendrer un flou de bougé.

En d’autres termes, le verrouillage du miroir sera utile dans toutes les situations où le plus petit mouvement de l’appareil photo risque de provoquer un flou de bougé sur la photo.
Exemples :

  • Lorsque vous utilisez une longue focale (télézoom, téléobjectif) : plus la focale est importante plus le risque de flou de bougé sera élevé. Ce sera particulièrement le cas en astrophotographie.
  • Le risque de flou de bougé sera également important en photo rapprochée (il sera proportionnel au grandissement) : proxy-photographie et macrophotographie (voire en microphotographie).

Les temps d’exposition critiques

Pour tester l’impact des vibrations du miroir sur la netteté des photos, j’ai réalisé une série de photos avec et sans l’option de verrouillage du miroir en faisant varier le temps de pose (la vitesse d’obturation). Toutes les prises de vue ont été réalisées à ouverture constante (f/8) et la sensibilité a peu variée (100 ISO de 4s à 1/60s puis 200 et 400 ISO pour les deux derniers temps de pose les plus courts) afin d’éviter au maximum les variations de la netteté liées à ces paramètres d’exposition : c’est donc avant tout l’augmentation progressive de l’intensité des sources lumineuses continues qui a permis de passer en revue les différents temps de pose. Quelques différences d’orientation des sources lumineuses sont visibles mais cela ne gêne en rien la démonstration puisque à chaque fois les deux photos comparées côte à côte sont prises exactement dans les mêmes conditions d’éclairage et d’exposition : la seule différence étant toujours le verrouillage ou non du miroir.

Comparaison du flou de bougé avec ou sans le verrouillage du miroir par temps de pose (de 4s à 1/200s)

Cette série de photos nous prouve :

  1. Les vibrations dues au mouvement du miroir peuvent avoir un impact non négligeable sur la netteté de la photo.
  2. L’importance de cet impact varie en fonction de la vitesse d’obturation : les temps de pose les plus critiques tournent autour des 1/8 et 1/15 de seconde. On peut considérer que, dans les cas cités dans la partie précédente, il y a un risque perceptible de détérioration du piqué de l’image pour les vitesses d’obturation allant de 1/2s à 1/60s. Avant et après ces temps de pose, l’influence des vibrations du miroir sur la netteté de l’image peut être considéré comme négligeable : pour des temps de pose plus long, le temps d’influence des vibrations sera minime par rapport au temps d’exposition global. Inversement, pour des temps de pose très court, les vibrations n’auront même pas le temps d’impacter la photo : l’exposition sera finie avant même que les vibrations n’aient le temps de se propager.

Cette expérience nous donne un bon ordre d’idée des temps de pose les plus critiques. Il faut toutefois garder à l’esprit que ces tests ont été faits avec du matériel bien précis. Même si je pense que, quel que soit l’appareil, nous retrouverons ces mêmes tendances, il est probable que l’impact sur la netteté pourra varier selon différents critères : le système de relevage du miroir (les vibrations pourront être plus ou moins bien atténuées), la densité du capteur, la stabilité du trépied et le soin apporté à sa mise en place (serrage, colonne centrale levée ou non…), etc.

Attention, même s’il est indéniable que le mouvement du miroir a une réelle influence sur la netteté de l’image, il faut tout de même relativiser les résultats de cette petite expérience qui montre un flou de bougé assez impressionnant sur certaines photos :

  • Premièrement, il s’agit d’un crop (une petite partie de la photo) agrandie à 100% c-a-d affiché à taille réelle des pixels : cela signifie que chaque pixel de l’image correspond à un pixel de l’écran. Avec mon moniteur et l’appareil utilisé c’est comme si je regardais une photo d’une taille d’environ 1,5m x 1m le nez collé à une trentaine de cm de l’image… ça permet de relativiser, non ?
  • Deuxièmement, le test a été sciemment effectué avec une très longue focale (600mm) à une faible distance afin que la moindre vibration puisse avoir une incidence visible sur la photo.

Verrouillage du miroir et Live View

En mode visée par l’écran arrière (live view), le miroir est nécessairement relevé : donc aucun risque de flou de bougé dû au miroir puisqu’il est déjà relevé et ne bouge pas tant que vous êtes dans ce mode (il est verrouillé en position haute). Il ne sert donc à rien d’activer l’option pour relever le miroir si vous comptez utiliser ensuite le mode live view.

Choisir sur son appareil le mode live view est donc un moyen très simple de palier à l’absence de l’option de verrouillage du miroir sur certains boîtiers. A réglages identiques (mêmes paramètres d’exposition et de mise au point), une photo prise en visée directe avec la fonction de verrouillage miroir activé ou en mode live view, présentera la même netteté.

EN RESUME ...

EN RESUME ...

Retenez que pour optimiser la netteté de vos photos sur trépied, surtout si vous utilisez une longue focale ou faites de la macrophotographie, il sera préférable d’activer le verrouillage du miroir (tout particulièrement pour les temps de pose proches de 1/10s ; approximativement entre 1/2 et 1/60 s) ou d’utiliser le mode live view.

Et vous ?Connaissiez-vous déjà l’option de verrouillage du miroir ? L’utilisiez-vous déjà ? Saviez-vous dans quels cas son activation est vraiment utile ?

▼ CET ARTICLE VOUS A PLU, DITES LE EN LE NOTANT :
►| Note moyenne de 4.5 /5 attribuée par 20 votant(s) |

À propos de : Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

8 commentaires

  1. Merci Hervé, un excellent article sur une fonction souvent peu utilisée par les photographes.
    Pour ma part j’apprécie le Live View avec télécommande en longue focale pour l’animalier, et je n’utilise mes « Fovéons » que miroir relevé avec retardateur pour le paysage.
    Les photos s’en ressentent !!!

  2. Très bon article, une bonne piqure de rappel et un bon point pour comparer le verrouillage du miroir et le live view.

  3. Bonjour,
    Lors de mes poses longues , je cadre et fait la mise au point en live view ,mais je le coupe lors de la prise de vue pour éviter la surchauffe du capteur et le bruit .Est-ce utile ?Canon 5D MK III.
    Olivier

    • Selon moi, non.
      Je m’explique : quand vous dites « je coupe le live view lors de la prise de vue pour éviter une surchauffe » (et le bruit associé), en réalité ce n’est pas nécessaire car le live view se coupe de lui-même lorsque vous prenez la photo (en plus cela vous obligera à penser à verrouiller le miroir surtout si vous êtes à des vitesses d’obturation critiques). Ce n’est pas comme en vidéo où l’écran arrière continue à afficher l’image.
      Au moment de la prise de vue elle même, la sollicitation du capteur est donc identique quel que soit le mode de visée choisie avant le déclenchement (visée par l’œilleton ou en live view).
      S’il y a risque de surchauffe supplémentaire par rapport à la visée par l’œilleton, c’est finalement avant la prise de vue elle-même si la visée par l’écran arrière est longtemps utilisée.

      En résumé, le capteur risque de chauffer lorsqu’il est sollicité longtemps de manière continue (surtout si la température ambiante est déjà élevée) :
      – en vidéo,
      – lors de poses longues (la prise de vue elle-même, qu’elle soit déclenchée en mode visée par l’œilleton ou en mode live view)
      – lors de la visée par l’écran (l’utilisation du live view avant la prise de vue elle-même) : pour limiter les risques de surchauffe, vous pouvez éteindre l’écran si vous ne l’utilisez pas. Autrement dit, si ce n’est pas nécessaire de le couper juste avant une prise de vue (puisque ce sera fait de toute façon automatiquement), vous pouvez par contre l’enlever dès que vous ne vous en servez pas.

      Sur certains appareils comme le Canon 5D3, il y a un icône représentant un thermomètre qui peut apparaitre pour prévenir d’une surchauffe et dans les cas extrêmes, vous ne pourrez plus prendre de photos avant que la température ne baisse (je n’ai personnellement jamais eu l’occasion de voir cet icône d’avertissement).

  4. Merci pour la réponse , je n’ ai jamais eu l’avertissement de surchauffe du capteur non plus .

  5. Bonjour

    Je voudrais savoir si l’autofocus garde en mémoire la MAP quand on travaille en miroir relevé ? (Canon 5D)
    merci

    • Oui tout à fait : une fois l’option verrouillage du miroir activée, lorsque vous appuyez une première fois sur le déclencheur, la mise au point (et la mesure d’exposition) est effectuée et le miroir se lève. Lorsque vous appuyez une seconde fois, la photo est prise (avec les réglages effectués au premier appui) et le miroir se rabaisse.

      Vous pouvez le vérifier facilement par vous-même :

      1) activez l’option verrouillage du miroir sur votre APN,

      2) choisissez l’ouverture maxi de votre objectif (faible profondeur de champ) et faite la mise au point sur un point proche, histoire de bien voir l’effet de la mise au point,

      3) appuyez à fond sur le déclencheur (le miroir se lève),

      4) appuyez une seconde fois sur le déclencheur pour prendre la photo : la distance de mise au point est bien celle qui a été effectuée au premier appui.
      Pour que ce soit encore plus convainquant, entre le premier et le second appui sur le déclencheur, vous pouvez même vous amuser à choisir un autre cadrage et vous verrez que la distance de mise au point a bien été gardée (de même que la mesure d’exposition).

Laisser un commentaire