Accueil » Matériel » Filtres » Filtre ND (gris neutre) : utilité et utilisation

Filtre ND (gris neutre) : utilité et utilisation

Le filtre ND (« Neutral Density » en anglais), souvent appelé filtre gris neutre ou filtre de densité neutre est un des rares filtres photo qui reste encore utile en photographie numérique (dans cet article j’utiliserai le plus souvent l’appellation « filtre ND »). Avec le traitement de nos photos sur ordinateur, la plupart des effets des filtres sont parfaitement reproductibles sur les logiciels de retouches photo. Ce n’est pas le cas avec un filtre ND. Dans cet article en 3 parties, je vous explique l’intérêt du filtre ND, ses principales utilisations et comment l’utiliser très concrètement.

Cet article est le premier d’une série consacré aux filtres ND :

Utilité d’un filtre ND

Principe de fonctionnement d’un filtre ND

Filtre ND (gris neutre)Un filtre ND agit un peu comme des lunettes de soleil : l’intensité lumineuse est atténuée en passant au travers. C’est une sorte de monocle de soleil pour l’œil de votre appareil photo, enfin pour votre objectif 😉 . Le filtre gris neutre se présente comme un verre plus ou moins foncé qui va absorber plus ou moins de lumière. Ici, l’idée n’est évidemment pas d’assombrir la photo (ce qui pourrait être fait très simplement en appliquant une sous-exposition à la prise de vue ou même en post-traitement sur logiciel), mais d’influencer directement les paramètres d’exposition et donc indirectement l’esthétique de la photo. Sa seule mais très utile fonction est donc d’absorber de la lumière.
Normalement, ce type de filtre n’a aucune incidence sur la balance des blancs. Même si ce n’est pas toujours le cas, il ne devrait pas apporter de dominante de couleur à la photo. D’où le terme « neutre » utilisé dans son appellation (filtre de « densité neutre » ou filtre « gris neutre » ). Donc pas d’inquiétude, même si l’on parle souvent de filtre « gris neutre », vous n’aurez pas non plus un voile gris sur votre photo 😉 . Les couleurs seront respectées.

En fixant un filtre ND sur votre objectif, vous allez uniquement réduire la quantité de lumière qui va traverser votre objectif et atteindre le capteur photosensible. Donc, pour garder une bonne exposition (avoir une photo proche de ce que vous voyez), il faudra compenser cette perte de lumière en augmentant un ou plusieurs des 3 paramètres d’exposition :

  • le temps de pose également appelé vitesse d’obturation (avec le filtre, il faudra attendre plus longtemps pour avoir la même quantité de lumière).
  • l’ouverture du diaphragme (faire entrer plus de lumière dans un même laps de temps)
  • la sensibilité ISO (rendre le capteur plus sensible afin que l’exposition nécessite une quantité moindre de lumière).

Généralement, nous allons préférer une faible sensibilité afin de ne pas générer du bruit dans l’image.
Reste alors le choix entre l’ouverture et le temps de pose pour compenser l’effet du filtre : en tenant compte des conditions de prise de vue, ce choix sera effectué en fonction du type de photo et de l’esthétique recherchée. C’est ce que nous allons voir en détail dans la seconde partie.

Si vous avez encore un peu de mal avec ces notions d’interdépendance entre les paramètres d’exposition, je vous invite à consulter l’article intitulé « Le triangle d’exposition : vitesse, ouverture et sensibilité ».
Concernant l’impact esthétique des paramètres d’exposition (bruit, flou de mouvement, profondeur de champ…), vous pouvez lire ou relire la partie intitulée « Les grands impacts visuels des paramètres d’exposition » du guide « Les 10 commandements pour progresser en photo » (téléchargeable gratuitement après inscription à la newsletter du blog).

Les principales utilités d’un filtre ND

Même lorsqu’il y a une bonne luminosité, l’utilisation d’un filtre ND permet en particulier :

  • de faire une pose longue et donc de créer un flou directionnel sur les sujets en mouvement
  • d’avoir une grande ouverture et donc une faible profondeur de champ même dans des conditions de forte luminosité.

Voici 3 cas concrets d’utilisation d’un filtre ND :

Ajouter un flou de mouvement

En pleine journée, même en réglant les ISO au minimum et en fermant au maximum le diaphragme, votre vitesse d’obturation peut rester trop élevée pour donner l’effet de flou de mouvement voulu. Dans ce cas, l’ajout d’un filtre ND va vous permettre d’allonger le temps de pose (plus le filtre sera dense et plus le temps de pose s’allongera).
Un temps de pose long est très souvent utilisé pour photographier l’eau en mouvement (torrent, cascade, rivière, lac, mer, fontaine…) : cela donnera un effet soyeux, brumeux et fluide à l’eau en mouvement. Bien évidemment, cette pratique nécessite d’avoir votre appareil sur trépied afin que seuls les éléments en mouvement soient floutés. Si votre appareil bouge, ce sera toute votre photo qui sera floue, éléments fixes compris (les berges d’une rivière, les rochers d’un rivage, le socle d’une fontaine…).
Photos d'une cascade sans filtre ND et avec filtre ND16 et ND64

Faire disparaître des sujets en mouvement

Avec un temps de pose suffisamment long, le principe précédent peut également être utilisé pour effacer les sujets qui se déplacent dans le cadre de la photo.

Par exemple, dans une rue passante, grâce à un filtre ND vous avez une vitesse d’obturation de 10 secondes : si dans ce laps de temps, un individu se déplace dans le cadre de la photo, vous aurez simplement une traînée brumeuse fantomatique qui marquera son passage. Pour bien comprendre… en admettant que la personne passe 2 secondes en position A avant de se déplacer ailleurs : la silhouette s’imprimera sur la surface photosensible de l’appareil pendant seulement ces 2 secondes. Ensuite pendant les 8 secondes restantes ce sera le décor derrière la place laissée vide par l’individu qui sera imprimée sur la photo. A cet endroit, le décor sera donc plus visible que le personnage.
Inversement, si vous avez une personne assise sur un banc pendant la prise de vue, cette personne sera bien visible sur l’image. Seules les parties de son corps ayant bougées seront floues : main, visage…

Garder une grande ouverture

Si vous souhaitez faire un portrait avec un joli flou d’arrière-plan, vous allez ouvrir le diaphragme pour obtenir une faible profondeur de champ. Mais par forte luminosité, même avec une sensibilité au plus bas, vous risquez d’atteindre la vitesse d’obturation maximale de votre appareil (il vous faut un temps de pose très court pour compenser cette grande ouverture)… même à cette vitesse, votre photo est surexposée. Dans ce cas, vous avez seulement 2 solutions possibles :

  • Soit vous capitulez et vous fermez le diaphragme jusqu’à avoir une bonne exposition avec la vitesse maximale de votre appareil : il n’y aura pas de surexposition mais vous aurez une plus grande profondeur de champ (adieu votre magnifique flou d’arrière-plan) ;
  • Soit vous mettez un filtre ND : en réduisant la quantité de lumière entrante vous obtiendrez un temps de pose plus lent sans avoir à bouger votre diaphragme. L’exposition est bonne et votre sujet se détache parfaitement de l’arrière-plan grâce à la faible profondeur de champ qui a été préservée 🙂 .

Toujours dans le cadre d’un portrait en plein jour avec une faible profondeur de champ, vous pouvez utiliser votre flash pour déboucher légèrement les ombres du visage (technique du « fill-in »). Si vous êtes avec un appareil reflex, l’utilisation du flash va vous obliger à utiliser une vitesse d’obturation réduite : la vitesse de synchronisation du flash (souvent autour de 1/200ème). Le risque de surexposition est donc encore plus grand que dans le cas précédent (sans flash). Si votre flash n’a pas l’option de synchronisation haute vitesse, un filtre ND pourra être une bonne solution pour garder une grande ouverture de diaphragme.
Si je vous ai perdu lorsque j’ai commencé à parler du flash, n’hésitez pas à lire ou relire l’article « Vitesse de synchronisation du flash ».

Filtre ND – Indicateurs de densité et calcul d’exposition

Les indicateurs de densité des filtres ND

Les filtres ND sont définis par leur capacité plus ou moins grande à absorber la lumière. Cette capacité se mesure généralement avec un facteur d’atténuation.
Par exemple un filtre ND2 a un facteur d’atténuation de 2, c’est-à-dire que le filtre divise par 2 la quantité de lumière reçu par le capteur (2 fois moins de lumière). Cela ne vous rappelle rien ? Et oui cela correspond à – 1 IL (indice de lumination ou d’exposition, également appelé stop, EV, diaphragme…). La densité optique du filtre peut également être utilisée.
Le tableau ci-dessous montre les différents indicateurs de mesure de la densité des filtres ND et les formules permettant de les lier entre eux. Attention, toutes ces valeurs sont théoriques et ne correspondent pas forcément à des filtres ND existants.

IL (stop) en moins
IL = D / log(2)
Facteur d’atténuation (F)
F = 2IL ou F = 10D
Densité optique (D)
D = log(F)
Transmittance (T en %)
T = 1 / F x100
120,350,0
240,625,0
380,912,5
4161,26,25
5321,53,125
6641,81,5625
71282,10,7813
82562,40,3906
95122,70,1953
101 0243,00,0977
112 0483,30,0488
124 0963,60,0244
138 1923,90,0122
1416 3844,20,0061

Le calcul d’exposition avec un filtre ND

Principe de calcul de l’exposition

Vous l’avez compris, si vous fixez un filtre ND8 sur votre objectif, vous aurez 8 fois moins de lumière. Pour obtenir une exposition identique à celle obtenue sans le filtre, la perte de lumière devra être compensée par au moins un des 3 paramètres d’exposition :

  • Un temps de pose 8 fois plus élevé : si vous étiez à 1/8s vous passez à 1s (décalage de 3 IL).
  • Une ouverture de diaphragme plus grande de 3 IL : si vous étiez à f/11 vous obtenez f/4.
  • Une sensibilité 8 fois plus élevée : si la sensibilité était de 100 ISO il faudrait passer à 800 ISO soit + 3 IL (généralement ce paramètre n’est pas utilisé car, comme déjà expliqué, le but est plutôt d’agir sur le temps de pose voire l’ouverture).
Exemple : Vous voulez photographier un torrent. Vous souhaitez que le cours d’eau ne soit pas figé mais qu’il présente un joli flou qui suggère la fluidité et le mouvement. Vous allez donc faire en sorte d’avoir un temps de pose assez long pour trouver cette esthétique.
Après avoir posé votre appareil sur un trépied, la sensibilité va être fixée au plus bas (environ 100 ISO) et votre diaphragme plutôt fermé pour favoriser une grande profondeur de champ et un temps de pose long. Mais même avec ces paramètres, votre vitesse reste un peu trop élevée pour l’effet recherché. Par exemple votre vitesse est de 1/4s.
En ajoutant un filtre ND8 (- 3IL), vous allez passer de 1/4s à 2 secondes de temps de pose :

  • 1/4s x 8 soit 8/4 donc 2 secondes.
  • Ou en décomposant les 3 IL à récupérer : 1/4s x 2 (+1IL) = 1/2s puis 1/2s x 2 = 1s (+2 IL) et enfin 1s x 2 = 2s (+3 IL)

Calcul en minutes et secondes

Pour des temps de pose au-delà de la minute, le calcul s’effectuera en 2 étapes :

  1. Minute(s) = partie entière du temps de pose en secondes / 60
  2. Secondes = reste décimale de la division précédente x 60

Exemple :

  • Temps de pose de départ (sans filtre) de 1/2 de secondes
  • Ajout d’un filtre ND1000
  • Temps de pose total en secondes = 1/2 x 1000 = 500 secondes
  • Temps en minutes = 500 / 60 = 8,33 donc 8 minutes
  • Temps en secondes = 0,33 x 60 = 19,8 arrondi à 20 secondes
  • Temps de pose total = 8 minutes et 20 secondes

Cumul de filtres ND

Sachez qu’il est possible de cumuler plusieurs filtres ND. Dans ce cas le facteur d’atténuation global se calcule en multipliant les facteurs de chaque filtre ND. Par exemple si vous vissez un filtre ND4 sur un filtre ND8, cela sera équivalent à un filtre ND32 (8×4).

Attention toutefois, la qualité optique obtenue en cumulant 2 filtres ND8 et ND4 sera moins bonne que celle offerte par un seul filtre ND32 (à marque et modèle équivalents).
D’autre part, sur un objectif grand angle, vous risquez de voir apparaître ou d’accentuer le vignetage (assombrissement des bords de la photo).

Le cas d’un filtre polarisant

Attention, si vous utilisez un filtre polarisant, un peu comme un filtre ND, il va vous faire perdre en luminosité. Généralement, la perte est comprise entre 1 à 2 IL (souvent 1,5 IL soit environ 3 fois moins de lumière, donc l’équivalent d’un filtre ND3).

Par exemple, mes 2 filtres polarisants me font perdre 1 2/3 d’IL si je mesure en 1/3 d’IL et 1,5 IL si je mesure par palier d’un demi IL.
Dans mon cas, si j’associe un filtre ND8 à mon filtre polarisant, je vais approximativement obtenir l’équivalent d’un un filtre ND24 (8 x 3). Donc si je pars d’une vitesse de 1/50s, je vais passer à un temps de pose d’environ 1/2s (1/50 x 24).

Les aides au calcul d’exposition

Comme vous savez maintenant comment déterminer le nouveau temps de pose, si le calcul mental n’est pas trop votre fort, vous pouvez simplement utiliser une calculatrice pour vous aider à trouver la bonne vitesse d’obturation.

Vous pouvez aussi vous construire un tableau avec d’un côté les temps de pose et de l’autre les filtres ND que vous utilisez. Vous aurez simplement à décaler les temps de pose en fonction de la densité de chaque filtre. L’inconvénient est que si vous raisonnez avec des valeurs intermédiaires de vitesse d’obturation, il vous sera difficile d’avoir toutes ces valeurs sur un même tableau.

Vous pouvez aussi vous fabriquer un outil tout simple mais ingénieux, baptisé « La longuette » par son auteur. Le principe : une feuille pliée en 2 avec les temps de pose et une autre avec les différents filtres ND. La seconde (sorte de réglette avec les filtres ND) va coulisser dans la première (support avec les temps de pose). Il suffit d’aligner le repère correspondant à 0 IL (réglette) sur le temps de pose initial sans filtre (support) et de repérer le filtre ND pour lire le temps indiqué en face. Si vous avez rien compris à mon explication et/ou si vous voulez vous créer ce petit outil en imprimant le fichier fourni par l’auteur, rendez-vous directement à cette adresse : http://hvinagre.doomby.com/pages/articles/la-pose-longue-et-la-longuette.html.

Enfin, la solution que je préfère, pour ceux qui ont un smartphone, vous avez des applications (gratuites ou payantes) qui calculeront pour vous le temps de pose avec un filtre ND. Pour les plus simples, il vous suffira d’entrer le temps de pose initial, d’indiquer le filtre ND utilisé et l’application vous donnera le nouveau temps. Rapide et simple ! En plus, l’avantage c’est que vous avez toujours votre smartphone avec vous !

Pour Android, ces applications sont nombreuses. Dans l’article Applications Android gratuites de calcul d’exposition avec filtre ND, j’en ai testé plusieurs et vous donne mes préférées.

Prises de vue avec un filtre ND en pose longue

Dans cette partie, nous allons parler de pose longue sur trépied (le filtre ND est utilisé pour avoir une vitesse d’obturation lente) et non de l’utilisation d’un filtre ND pour garder une grande ouverture par forte lumière. Ce dernier cas ne présente en effet pas de difficultés particulières.

Dans la pratique, en utilisant un filtre ND pour obtenir un long temps de pose, vous allez globalement rencontrer 2 cas de figures. Le passage d’un cas à l’autre va dépendre essentiellement de la densité du filtre utilisé et de la lumière ambiante.

  • Avec un filtre ND peu dense (qui garde une certaine transparence), la mise au point automatique de l’appareil photo sera normalement conservée et vous pourrez encore visualiser la scène pour la cadrer.
  • Avec un filtre ND très dense (très opaque), il y a de fortes chances, que vous ne puissiez plus voir la scène photographiée ni faire la mise au point…

Mais avant d’aborder en détail ces 2 cas, voici quelques conseils généraux.

Conseils généraux pour la prise de vue en pose longue

Devinez quoi ! Pour les poses longues, l’accessoire indispensable c’est le trépied !
Passé cette banalité, voici quelques conseils complémentaires :

  • Pour éviter de faire bouger l’appareil au moment de la prise de vue, utilisez une télécommande ou à défaut le mode retardateur de votre appareil photo. Avec une télécommande, vous gagnerez en souplesse d’utilisation et vous pourrez faire des poses très longues (au-delà de 30 secondes) sans toucher à l’appareil.
  • Avec un reflex, pour éviter les éventuels micro-tremblements dus au mouvement du miroir au moment du déclenchement, vous pouvez activer l’option de verrouillage du miroir (référez-vous à votre mode d’emploi pour savoir comment trouver cette option). Et attention, pensez bien à enlever ce mode après votre session sur trépied car sinon vous risquez un joli moment de solitude lors de votre prochaine photo 😉 …
  • Si votre objectif est stabilisé, pensez à désactiver ce mode sinon votre objectif risque de vouloir compenser des micro-tremblements qui n’existent pas. Stabilité + stabilisateur font mauvais ménage. L’option très utile pour une prise à main levée risque alors d’être contre-productive et d’ajouter du flou à votre photo : un comble sachant l’utilité première de cette technologie ! Certes, quelques systèmes de stabilisation arrivent maintenant à détecter la fixation sur trépied mais, dans le doute, je vous conseille d’enlever la stabilisation optique. Pour ceux ayant la stabilisation au niveau du boîtier, pensez également à la désactiver.
  • Avec des temps de pose longs, le capteur peut chauffer et générer du bruit (des pixels parasites). Pour enlever ou au moins minimiser ce bruit, beaucoup de reflex ont une option de réduction de bruit pour les poses longues : généralement l’activation peut être automatique (la sensibilité, la vitesse et éventuellement la température interne peuvent être pris en compte), forcé (souvent pour les poses de plus d’une seconde) ou désactivée. Attention, avec cette option activée, juste après la fin de la prise de vue, l’appareil effectuera une nouvelle photo « toute noire » (appelée « dark ») avec les mêmes réglages et donc le même temps de pose. L’appareil sera indisponible pendant tout ce temps. Par exemple, pour une pose longue de 20 secondes, l’appareil enchaînera sur un « dark » de même durée : soit 40 secondes d’attente en tout (prise de vue et processus de réduction de bruit).
  • Nos appareils reflex sont souvent livrés avec un cache ou volet oculaire. Il sert à masquer le viseur pour éviter la lumière d’y pénétrer et d’altérer l’exposition lorsque nous n’avons pas l’œil sur le viseur (ce qui est généralement le cas lorsque l’on utilise un trépied). En pratique, c’est au moment de la mesure de l’exposition qu’il y a un risque de sous-exposition si une lumière assez forte arrive dans le viseur (l’apport supplémentaire de lumière va fausser la mesure de la scène). Ce risque sera évité si vous faites votre mesure avec l’œil sur le viseur (et que vous mémorisez l’exposition ou que vous passez en mode manuel) ou si vous utilisez la visée par l’écran (le live view).
Astuce : utilisez le mode Live view (visée par l’écran arrière).

  • Ce mode est particulièrement adapté à la prise de vue sur trépied : vous n’avez pas à coller votre œil sur le viseur pour faire votre cadrage. Avec un peu de recul, le travail de composition est facilité (d’autant plus que la couverture de visé sera de 100% ce qui n’est pas toujours le cas dans le viseur). Vous voyez exactement ce que donnera votre photo (du moins au niveau cadrage et composition).
  • En plus, la plupart des appareils pourront vous afficher l’histogramme en direct : un bon moyen d’éviter de tâtonner pour parfaire votre exposition.

Avec un filtre ND à faible densité

C’est le cas le plus simple : vous pouvez fixer dès le début votre filtre ND sur l’avant de l’objectif et faire votre prise de vue comme s’il n’y avait pas de filtre.

  1. Fixer le filtre ND sur votre objectif ; remettez le pare-soleil si c’est encore possible.
  2. Optez pour la sensibilité la plus basse (souvent 100 ISO) : attention à ne surtout pas avoir la sensibilité en automatique sinon l’appareil essayera de compenser le manque de lumière en augmentant la sensibilité pour avoir une vitesse d’obturation suffisamment élevée… l’inverse de ce que l’on cherche ! Ici nous allons travailler sur trépied, donc nous ne risquons pas le flou de bougé (mouvements involontaires du photographe au moment de la prise de vue).
  3. Placez votre appareil sur trépied.
  4. Ajustez votre cadrage.
  5. En mode priorité ouverture, choisissez votre ouverture afin d’avoir une profondeur de champ adaptée à votre sujet.
  6. Faites votre mise au point. Une fois réglée, pour éviter que la distance de mise au point varie à nouveau, positionnez l’autofocus de votre objectif en mode manuel. Faites ensuite bien attention à ne plus toucher la bague de mise au point de votre objectif.
  7. En appuyant à mi-course sur le déclencheur, vous constaterez que la vitesse d’obturation sera calculée en tenant compte du filtre. Prenez la photo.
  8. Après vérification (histogramme, alerte de surexposition…), ajustez si nécessaire le temps de pose pour parfaire votre exposition.
  9. Etape optionnelle : Après ajustement, si vous voulez que votre vitesse d’obturation ne bouge plus, reportez simplement vos paramètres d’exposition en mode manuel. Si la lumière est peu changeante, vous pourrez ainsi aisément choisir un autre cadrage sans avoir à nouveau à ajuster votre exposition (d’ailleurs, si vous préférez, vous pouvez choisir ce mode de prise de vue dès l’étape 5).
Là encore, le mode de visée par l’écran arrière (Live view) se révèle particulièrement utile : généralement ce mode reproduit l’exposition finale de la photo (option « simulation de l’exposition » chez Canon)… résultat, même si dans votre viseur l’image vous parait sombre, elle sera éclaircie sur votre écran arrière : dans certaines limites, l’appareil annulera en quelque sorte l’effet du filtre ND. Cela facilitera grandement le travail de cadrage.

Avec un filtre ND à forte densité

Voici le second cas de figure : si vous mettez le filtre sur votre objectif, vous ne voyez plus rien (même en mode Live view) et l’autofocus n’arrive pas à accrocher pour faire le point… vous avez compris, vous devez tout préparer (cadrage et mise au point) avant d’ajouter votre filtre ND.

  1. Sélectionnez la sensibilité la plus basse (généralement 100 ISO)
  2. Placez votre appareil sur trépied.
  3. Ajustez votre cadrage.
  4. Passez en mode de prise de vue manuel : choisissez votre ouverture et réglez la vitesse en tenant compte des indications du curseur d’exposition (le curseur au milieu correspondra à une exposition équilibrée par rapport à la mesure de votre appareil). (1)
  5. Faites votre mise au point : une fois réglée, positionnez l’autofocus en mode manuel et ne touchez plus à la bague de mise au point (lorsque le filtre sera positionné sur l’objectif, si vous laissez l’autofocus, au moment du déclenchement, l’appareil cherchera à nouveau à faire le point sans y arriver… la distance de mise au point ne sera plus bonne et il faudra recommencer).
  6. Calculer le nouveau temps de pose en fonction du filtre ND que vous voulez ajouter. Si vous avez plusieurs choix de filtre ND, vous pourrez choisir celui qui vous conviendra par rapport au temps de pose souhaité. Le calcul pourra se faire de tête (pour les plus matheux), avec une calculette, avec une application dédiée, etc (référez-vous à la partie consacrée au calcul d’exposition avec un filtre ND pour choisir la méthode qui vous convient le mieux).
  7. Reportez le temps de pose calculé précédemment sur votre appareil. Si vous avez peu de lumière et que votre filtre est assez dense, il se peut que le temps de pose calculé dépasse les 30 secondes. Dans ce cas vous devrez passe au mode B (Bulb) qui permet d’effectuer une exposition au-delà des 30 s. Dans ce mode, l’obturateur reste ouvert tant que vous appuyez sur le déclencheur. Dans ce cas la télécommande est vivement conseillée (cela évite de faire bouger l’appareil en appuyant sur le déclencheur). (2)
  8. Fixer sur l’objectif le filtre ND choisi et remettez le pare-soleil si c’est encore possible (toujours en faisant attention à ne pas bouger le cadrage et la mise au point).
  9. Prenez la photo.
  10. Après vérification, ajustez si nécessaire le temps d’exposition.

(1) Pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec le mode manuel, vous pouvez très bien d’abord sélectionner le mode priorité ouverture : après avoir choisi votre ouverture, en appuyant à mi-course sur le déclencheur, l’appareil vous proposera la vitesse d’obturation pour une exposition équilibrée. Retenez la sensibilité, l’ouverture et la vitesse obtenus et reportez simplement ces paramètres d’exposition en mode manuel.
(2) Chez Nikon et Sony le mode B (Bulb) est accessible par le mode manuel M en choisissant un temps au-delà des 30 s ; chez Canon et Pentax, vous devez passer du mode M au mode B avec la molette de sélection des modes).

Astuce : avec des filtres à très forte densité type ND1000, il n’est pas rare d’avoir une dominante de couleur (magenta, verte, bleu…) sur la photo. Une dominante peut aussi apparaître avec des filtres de plus faible densité mais de qualité moyenne. Je vous conseille donc de prendre vos photos en RAW afin de pouvoir ajuster facilement et sans perte de qualité la balance des blancs en post-traitement.

Et vous ?Avez-vous des questions ? Des précisions à apporter ? Avez-vous déjà utilisé des filtres ND ? Quels sont vos sujets de prédilections ? Quel est votre filtre ND préféré ? Vos astuces d’utilisation ?

NOTEZ L'ARTICLE (survolez l'étoile correspondante à la note puis cliquez dessus)
►| Note moyenne de 3.7 /5 attribuée par 101 votant(s) |

À propos de : Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

34 commentaires

  1. Génial encore ! Un achat qui est prévu ..et je suis très admiratif de la façon très pédagogique dont vous traitez le sujet, et j’ai déjà vu il me semble des filtres à ND variables, est ce une solution au lieu de plusieurs filtres ? Merci

    • Merci Pierre ! Oui, il existe en effet des filtres ND variables. Personnellement, je suis un peu partagé sur ce type de filtre : s’il est indéniable que l’on gagne en polyvalence, c’est généralement au détriment de la qualité optique. Toutefois, si l’on exclu les premiers prix, certains photographes semblent en être contents… Pour ma part, j’en ai encore jamais acheté, mais j’essayerai d’approfondir le sujet dans un prochain article qui aura pour but de vous aider à choisir un filtre ND (j’espère l’écrire et le publier en fin de de semaine prochaine).

  2. Bonjour Hervé,
    Merci pour cet article qui tombe au bon moment. Je suis en train de choisir quel filtre ND acheter. J’avais essayé de faire un « filé d’eau », mais comme j’avais qu’un filtre pola, raté sur toute la ligne. Pour commencer, je pense acheter un filtre intermédiaire (64x) et je verrai par la suite.Je vais encore relire attentivement cet article.
    Bien cordialement.

  3. Bonjour à tous,
    Premièrement, Hervé bravo pour le site il est très bien fait et les articles forts intéressants.
    Je pense que c’est le seul site ou enfin on parle aussi de SONY. Pour ce qui est des filtres j’ai du polarisant circulaire et du ND le plus utilisé étant le ND1000 sur mon Alpha 77.
    Cordialement, Marc.

  4. Bonjour
    Je voulais savoir si il est utile d’avoir un filtre uv de nos jours.
    Merci

    • A ma connaissance, les objectifs actuels sont tous traités contre les UV, donc, pour moi, un tel filtre est devenu inutile. C’est juste un élément optique de plus devant la lentille frontale, donc un risque de plus de réduire le piqué, d’ajouter des reflets parasites et du flare…
      Pour nuancer mes propos, j’en utilise parfois pour protéger ma lentille frontale (cela aurait pu être un filtre de protection mais ils sont souvent plus difficile à trouver) dans des cas très particuliers comme des photos de surf où des embruns arrivent sur l’objectif malgré l’utilisation du paresoleil (au passage, pour la protection, à part pour un objectif grand-angle, rien de tel qu’un bon paresoleil !).

  5. Merci pour la réponse Hervé..

  6. bonjour hervé je me suis laisser tenter par un filtre nd 400
    je tatonne encore un peu , mais le résultat est présent .

  7. Bonjour et merci pour votre site internet qui est une mine d’informations claires pour un débutant tel que moi 🙂

    J’aurais une question : pour la photographie de paysages en montagne, vous conseilleriez un filtre ND ou bien doit on équiper de préférence un filtre polarisant ?

    • Un filtre ND enlève simplement de la lumière : il permet donc en particulier d’avoir une vitesse d’obturation plus lente afin de créer des effets de flou de mouvements (par exemple pour photographier un torrent de montagne et représenter la fluidité à l’eau avec un joli effet de lissage).

      Un filtre polarisant permet quant à lui de réduire les reflets lumineux (surface de l’eau, reflets dans les feuillages…) et d’accentuer la saturation de certaines couleurs (verts des feuillages, bleu du ciel…).

      S’il fallait choisir entre les deux, je pense que dans un premier temps un filtre polarisant vous sera plus utile en photo de paysage.

  8. Merci beaucoup pour votre réponse 🙂

  9. Bonjour,
    Je post traite des photos d’éoliennes prises hier en pose longue ND 8 et ND 1000 après lecture d’autres articles sur Internet, résultat décevant, que n’ai-je lu votre excellent article avant… Je n’ai plus qu’à refaire ma séance de prise de vue en suivant vos conseils. Un grand merci.

  10. Bonjour, et bravo pour vos explications mais avec mon petiy hybride qui ne permet qu’une pose longue que jusqu’à 60s, que me conseillez vous comme premier choix de filtre ND, pour me lancer dans les prises de vue style « eau cotonneuse »?
    merci

  11. MOROY Frederic

    Bonjour Hervé
    quels filtres ND me conseilleriez vous pour photographier des cascades et front de mer en Islande et quel temps de pose suivant les filtres?
    j’ai comme boitier un Canon EOS 70D et un 35 mm comme objectif
    merci d’avance pour vos réponses

    • Difficile de répondre à une telle question car cela dépend de nombreux paramètres qu’il est très dur d’anticiper (luminosité, rapidité des mouvements, paramètres d’expositions recherchés, effet visuel)…
      Même la vitesse que l’on vise dépend de l’effet esthétique que l’on recherche… D’une manière générale, des temps de pose de disons de 1/4s à 2s donnent déjà des effets graphiques intéressants sur l’eau en mouvement. Mais si vous voulez faire un effet de lissage sur le front de mer (avec effet brumeux), ce sera plutôt des poses du style 15s voire plus…

      Bref, à votre place je prévoirai plutôt un jeu de filtres de différentes densités pour être capable de m’adapter au sujet et m’autoriser à faire différentes recherches visuelles. Par exemple, pour ma part j’ai des filtres ND8, 64, 400 et même 1000 en cas de forte luminosité. Pour vous aider dans vos choix de filtres, n’hésitez pas à lire les autres articles sur le sujet (liens en haut de l’article).

  12. MOROY Frederic

    bonjour et merci Hervé pour votre aide. Bonne journée

  13. Nadim J. Omran

    Bonjour Hervé et encore bravo pour ce sens pédagogue et cette rédaction magnifique de l’article.
    Est-ce qu’à ton avis, c’est possible d’utiliser ce filtre sur un appareil Compact expert comme SonyRX-100m5? Mon but serait de l’utiliser avec un trépied pour des pauses longes dans des endroits touristiques pour « effacer » les personnes après avoir vu ce résultat avec un photographe « un vrai 🙂 » avec son reflex.

    Merci d’avance et je vais ajouter ton site dans mes favoris, encore bravo 😉

    • Merci pour ton retour sympa sur l’article !
      N’hésite pas à mettre une petite note à l’article (les étoiles avant les commentaires), car j’ai l’impression que les mécontents ont tendance à s’exprimer facilement par le biais des notes, par rapport à ceux, j’ose espérer majoritaires, qui apprécient l’article et le blog en général 🙂

      Plusieurs points pour répondre à ton interrogation :

      • Ce compact expert (Sony RX100 V) n’a pas de filetage à l’avant de l’objectif qui permettrait de visser dessus un filtre ND classique…

      • Par contre, sur ton RX100 V, dans le menu de prise de vue, tu peux activer « Filtre ND » (a priori cette option existe depuis le RX100 mark III). Ce serait d’après ce que j’ai pu lire l’équivalent d’un filtre ND 8 (- 3 IL). J’ai ça sur mon petit compact Canon S120 et ma foi, je trouve ça bien utile, ça dépanne. En plus, l’avantage c’est qu’on oublie jamais son filtre ND et qu’il est opérationnel en 2 secondes 🙂
      Par contre, pour « effacer » des personnes en plein jour, ce sera trop juste, le temps de pose ne sera pas assez long…

      • Après, si l’on cherche bien, on peut aussi trouver des adaptateurs de filtres (un exemple ici) qui se collent sur le devant de l’objectif. Certains (comme le Carry speed), ont même une partie aimantée pour pouvoir enlever la partie avec le filetage quand on ne l’utilise pas (par contre, j’avais lu sur un forum un avis d’un photographe qui pensait que le magnétisme pouvait perturber le système de stabilisation du boîtier : au téléobjectif il avait une sorte de dédoublement de l’image…).

  14. Juste un clin d’œil pour saluer cet article très pédagogique : dans l’exemple de calcul du temps de pose avec un filtre DN 1000, le résultat est de 8 minutes et 20 secondes… C’est le temps (approximatif) que la lumière du Soleil met pour atteindre la Terre ! Hasard ??? 😉 Les photons captés à la fin seront justes partis au début de la pose…
    Au-delà, les renseignements pratiques pour choisir un système porte-filtre ainsi que les comparaisons m’ont été utiles ! Merci.

    • Content que ces articles sur les filtres ND vous ont été utiles 🙂
      Et merci pour l’information sur le temps que met la lumière pour parcourir la distance soleil-terre ; je ne savais pas ! excellent 🙂

  15. Merci pour cet article si pédagogique sur les ND et le calcul des temps de pose. J’avais une question plus personnelle à vous poser concernant ces filtres.
    J’ai l’habitude de travailler avec des filtres HOYA pour leur qualité et par habitude. Auriez-vous une marque ayant à minima les qualités des filtres HOYA car j’ai changé certaines optiques pour être dans la classe A des optiques pour le 5D MK III et je dois équiper mon 16-35 avec un 82mm polarisant et deux ou trois ND ?
    D’avance merci et bonne continuation (y)

    • Personnellement (cela n’engage que moi), les derniers filtres que j’ai acheté (des filtre ND, un filtre UV et un polarisant pour un appareil hybride) sont des filtres de la marque Haida, qui, je trouve, présentent un très bon rapport qualité/prix.
      Attention, je les ai tous choisi dans la série « PRO II », a priori la série la plus qualitative de la marque.
      J’ai juste noté une légère dominante jaune avec le filtre ND 1000 (mais j’ai aussi une dominante de couleur sur des filtres ND 1000 de chez B&W plus chers…).

      Vous trouverez plus d’info dans cet article :
      http://www.luzphotos.com/materiel/filtres/quelle-marque-de-filtre-nd-choisir#les_filtres_haida

  16. Marie Thérèse GABISON

    bonjour, vos conseils très précieux et merci. Mais,pour additionner mes 2 filtres,en multipliant l’un x l’autre, j’ai tellement de zéro!!! donc 1 filtre ND 1000 +1 filtre ND400. filtre Haida
    merci de votre réponse

    • ND1000 + ND400 donne en théorie un ND 400 000… autant dire que cela risque de faire des temps de pose extrêmement long !

      Même s’il y a beaucoup de lumière, par exemple, si notre vitesse d’obturation de départ est plutôt rapide comme 1/250s (pour une sensibilité et une ouverture choisie), le temps avec les 2 filtres cumulés serait tout de même de :
      1/250s x 400 000 = 1 600 s soit 26 mn et 40 s (cf. la partie de l’article traitant du calcul d’exposition avec un filtre ND)… il va falloir se montrer patient !
      Et si le temps de pose initial est de 1/125s, on passe à plus de 53 mn de temps de pose (temps multiplié par 2) ; avec 1/60s comme vitesse de départ, on s’approchera des 2h de pose !!!

      Bref, sauf temps très ensoleillé et une patience à toute épreuve, pas sûr que ce soit une bonne idée de cumuler des filtres d’une si forte densité…

  17. Marie Thérèse GABISON

    Merci de votre réponse. Je débute : j’ai bien compris votre calcul donc mes 400.000 étaient juste. J’aime bien savoir comment on fait le calcul. Après j’utiliserai l’appli sur le smartphone.
    J’utiliserai l’un ou l’autre de mes filtres selon la luminosité du moment.
    Encore merci

  18. Cokin propose un filtre « ND8 qui réduit de 8 stops » (voir lien)
    https://www.photo24.fr/cokin-filtre-p154-nd8-pour-samyang.html
    Mais si je comprend bien votre tableau, 8 stops équivaut a ND256
    Je suis un peu perdue, help !

  19. Bonjour
    Je découvre votre article, qui est très utile et peu être pourrez vous m’aider. Voilà, j’ai un filtre ND1000 et j’en suis ravie. Au crépuscule il donne une teinte rose et bleu qui me plait bien. Par contre pour les crépuscules il est un peu trop foncé je pense, car 30 sec c’est limite et après c’est le bruit qui augmente si je prolonge mon temps de pose. J’envisage d’acheter un autre filtre mais un ND 64 ou 400, qu’en pensez-vous? Merci d’avance
    Patricia

    • Bonjour, au crépuscule, avec une sensibilité basse et une ouverture assez petite, un filtre ND64 devrait sans problème suffire pour avoir des temps de pose de quelques secondes. J’ai par exemple déjà fait des filés de torrents en journée en sous-bois en utilisant simplement un ND8 ; donc à mon avis aucun soucis avec un filtre ND64.

  20. Patricia Lhairaud

    Merci pour cette réponse

Laisser un commentaire