Accueil » Matériel » Filtres » Quelle bonnette macro choisir ?

Quelle bonnette macro choisir ?

Avant même de choisir une bonnette macro pour faire de la photo rapprochée (communément appelée macrophotographie), je vais d’abord vous expliquer son utilité et son fonctionnement en vous présentant ses avantages et ses inconvénients. Et si, après avoir lu cette première partie, vous pensez que cet accessoire photo vous serez bien utile, la seconde partie vous guidera pas à pas dans le choix d’une bonnette macro de qualité adaptée à votre matériel photo existant.

Qu’est-ce qu’une bonnette macro ?

Avant de s’interroger sur quelle bonnette macro choisir, nous allons examiner ensemble à quoi elle ressemble et quel est son principe d’utilisation.

Mais tout d’abord, sachez que cet accessoire photo porte parfois des noms différents. Si le terme le plus courant est « bonnette macro », il est possible de trouver d’autres appellations :

  • Notamment, le terme anglais « close-up » (signifie « gros plan ») se retrouve parfois dans les conversations des forums. Quand il est utilisé, ce terme anglais se retrouve alors souvent associé à d’autres mots français : filtre close-up, lentille close-up, bonnette close-up
  • En français nous pouvons aussi trouver, plus rarement, les termes suivants : lentille macro, lentille grossissante, lentille additionnelle ou lentille d’approche.

Si toutes ces appellations parlent du même accessoire photo, pour ma part j’utiliserai prioritairement le terme « bonnette macro » tout au long de cet article.

Principe d’utilisation

Bonnette macro à visser sur l'avant d'un objectif de même diamètre
Une bonnette macro peut être comparée à une loupe qui se visse (comme un filtre) sur la lentille frontale de votre objectif (cf. photo ci-dessus).
Une bonnette macro est une lentille convergente qui, ajouté à un objectif, augmente la déviation des rayons lumineux et rapproche ainsi le plan de mise au point. Elle réduit donc la distance minimale de mise au point de l’objectif.

Dit plus simplement, avec une bonnette macro vissée sur l’objectif, vous pouvez vous approcher plus près du sujet à photographier et donc le grossir d’avantage (obtenir une image plus grande du sujet photographié).

En d’autres termes, en réduisant la distance de mise au point minimale, une bonnette macro vous permettra d’augmenter le grandissement (1).

En fonction de la puissance (exprimée en dioptries) de la bonnette macro, vous pourrez vous approcher plus ou moins près de votre sujet et donc plus ou moins grossir l’image obtenue.

Une bonnette macro pourra s’utiliser sur n’importe quel type d’objectif tant que le diamètre de la bonnette correspond à celui de l’objectif : focale fixe, zoom, grand-angle ou une longue focale… bien sûr le grandissement obtenu variera selon la focale initiale de l’objectif retenu et la puissance de la bonnette. Il y a des combinaisons plus ou moins intéressantes. Nous verrons tout cela en détail dans la partie consacrée au choix d’une bonnette macro.

Avantages d’une bonnette macro

  • Prix peu élevé : par rapport à d’autres solutions et notamment à l’achat d’un objectif macro (2), cet accessoire reste très abordable.
  • Ergonomie et facilité d’utilisation : comme avec un simple filtre, il suffit de visser la bonnette macro sur l’objectif : simple, facile et rapide. Vous n’avez pas à enlever puis remettre l’objectif comme dans le cas de bagues-allonges (3).
  • Peu encombrante et assez légère : une bonnette macro sera toujours moins volumineuse et encombrante qu’un objectif macro (2). Deux bonnes raisons pour qu’elle trouve sa place dans votre sac photo : associé avec un zoom passe-partout, vous pourrez toujours faire des photos macro si l’occasion se présente.
  • Pas de perte de lumière : contrairement à des bagues-allonges (3) ou à un objectif macro (2), les bonnettes macro ne feront pas perdre de lumière car le tirage (4) n’augmente pas.
  • Autofocus encore disponible : Même si en macrophotographie, il n’est pas rare de faire une mise au point manuelle, l’autofocus peut s’avérer utile. Avec une bonnette macro, vous gardez l’autofocus (ce n’est pas le cas avec des bagues-allonges (3) premier prix).
  • Peut aussi convenir à certains appareils sans objectifs interchangeables type bridge (et parfois même certains compacts).
  • Pas de problème de compatibilité liée aux marques tant que vous faites attention au diamètre du filtre avant (à la différence des bagues-allonges (3) ).

Inconvénients d’une bonnette macro

  • Nécessite une bonnette macro par diamètre de filtre : En principe, sauf astuce que nous verrons plus loin, comme pour les filtres circulaires, il faudrait une bonnette macro pour chaque objectif présentant un diamètre différent. Par exemple, une bonnette de 67 mm ne pourra pas se monter sur un objectif avec un diamètre de filtre de 77mm.
  • Plage de mise au point très proche et restreinte : Avec une bonnette macro sur votre objectif, la plage de mise au point sera limitée à une distance de travail très courte (environ de 1 m pour les bonnettes les moins puissantes, à une dizaine de cm pour les plus puissantes). Vous ne pourrez donc faire que de la photographie en gros plan lorsqu’une bonnette macro est vissée sur votre objectif. A l’inverse, un objectif macro (2) restera une focale fixe polyvalente avec laquelle il sera toujours possible de faire aussi la mise au point à des distances plus éloignées (portrait, reportage, paysage…).
  • Qualité optique variable : en utilisant une bonnette macro, vous ajoutez un élément optique à votre objectif (contrairement à des bagues-allonges (3) qui sont creuses). Il faudra donc particulièrement veiller à la qualité optique de la lentille macro lors de votre choix pour que l’image obtenue soit bien nette avec le moins d’aberrations chromatiques possible (cf. la partie suivante).
  • Pare-soleil pas toujours compatible : une fois la bonnette macro vissée sur votre objectif, il n’est pas toujours possible de remettre le pare-soleil (la bonnette ne sera pas protégée et la lumière risque de créer des reflets parasites).
Même si ce n’est pas le sujet de cet article, un mot sur la notion de grandissement et sur les objectifs macro et bagues-allonges :

(1) Grandissement : ce terme se définit comme le rapport de la dimension de l’image (taille sur le capteur) sur la dimension de l’objet (taille réelle du sujet photographié). Par exemple, si vous photographiez un objet de 2 cm et que l’image de ce même objet mesure 1 cm sur le capteur, alors on a un rapport de 1/2, un grandissement de 0,5x. Si l’image de ce même objet mesure 2 cm sur le capteur, le rapport sera de 1/1, le grandissement de 1x (c’est à partir de ce rapport que l’on parle de macrophotographie au sens strict du terme). Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, je vous conseille de lire l’article Macrophotographie : définition par le grandissement.
(2) Objectif macro : il s’agit d’une focale fixe dont la formule optique a été optimisée pour pouvoir travailler à des faibles distances de mise au point et qui autorise un facteur de grandissement de 1 et parfois plus.
(3) Bagues-allonges : un ou plusieurs tubes (vides, sans lentilles) qui s’intercalent entre le boîtier et l’objectif afin d’augmenter le tirage (4) et donc le grandissement.
(4) Tirage (optique) : ici, le terme s’applique à un objectif (on ne parle pas du tirage d’une photo 😉 ) : Le tirage d’un objectif se définit comme la distance entre le centre optique de l’objectif (pour simplifier, dans le cas d’un objectif ultra simple à une lentille, ce point est situé au centre de la lentille) et le capteur où se forme l’image.

Bien choisir sa bonnette macro

Pour savoir quelle bonnette macro choisir, vous devez répondre aux questions suivantes :

  1. Quelle puissance de bonnette sera la plus adaptée à mon matériel et ma pratique ?
  2. Existe-t-il des différences de fabrication entre bonnettes macro et si oui, quelles caractéristiques optiques privilégier pour avoir une bonnette de qualité ?
  3. Quel diamètre de bonnette macro choisir ?
  4. Quelle marque de bonnette macro choisir en fonction du prix que je souhaite mettre dans cet accessoire ?

Choisir la puissance d’une bonnette macro : les dioptries

Ce qu’il faut savoir avant de choisir la puissance de votre bonnette macro :

  • La puissance d’une bonnette macro est exprimée en dioptries (c’est l’unité de mesure qui exprime la vergence, c.-à-d. la capacité à faire plus ou moins converger les rayons de lumière).
  • Le rapport 1/dioptrie(s) donne la distance de mise au point en mètre objectif réglé sur l’infini (distance entre la bonnette et le sujet) : une bonnette de 2 dioptries signifie que vous pourrez faire la mise au point à une distance de 1/2 m soit 50 cm. Pour 3 dioptries ce sera environ 33 cm (1/3 m), etc.
  • Plus le nombre de dioptries est élevé plus le grandissement sera élevé.
  • Pour une même bonnette macro, plus la focale de l’objectif sera grande, plus le grandissement sera important.

Pour vous aider à faire votre choix, voici ci-dessous un tableau du grandissement obtenu avec une bonnette macro en fonction de la puissance de la bonnette en dioptries et de la focale de l’objectif utilisé.

La distance de mise au point et le grandissement calculés sont ceux obtenus avec la bague de mise au point calée sur l’infini. Cela signifie qu’avec la bague réglée sur la distance minimale de mise au point de l’objectif, vous pourrez vous approcher encore plus de votre sujet et donc obtenir un grandissement encore supérieur à celui indiqué dans le tableau.
Attention, les calculs sont théoriques et le résultat, même s’il donne un bon ordre de grandeur, reste approximatif (ils sont basés sur l’hypothèse d’une formule optique simple à une lentille).
Tableau d'aide au choix de la puissance (en dioptries) d'une bonnette macro - Distances et grandissements par focale

Détail des calculs pour les curieux...

Détail des calculs pour les curieux...

Pour information, pour ceux que cela pourrait intéresser (les autres vous pouvez passer votre chemin, je ne vous en voudrais pas 😉 ) voici la démarche utilisée pour calculer le grandissement à partir des dioptries de la bonnette macro et de la longueur focale de l’objectif (je ne suis pas un as de l’optique, donc je vous livre les étapes telles que je les ai trouvées) :

Les variables en entrée :
Pb = puissance en dioptrie de la bonnette
Fo = Focale de l’objectif

Les variables intermédiaires :
Pr = puissance résultante (objectif + bonnette)
Fr = focale résultante (objectif + bonnette)

Nous allons calculer la Focale résultante (Fr) (objectif avec la bonnette macro) à partir de la Puissance (Pr) résultante (puissance globale objectif + bonnette). Ensuite, à partir de cette donnée, nous pourrons en déduire le Grandissement G.

1) Pr = ((1/Fo) x 1000) + Pb
2) Fr = (1/Pr) x 1000
3) G=(Fo/Fr)-1

En condensé, cela nous donne la formule suivante (vive les tableurs !) :
G=Fo/(1/((1/Fo*1000)+Pb)*1000)-1

Exemple de calcul avec un objectif de focale 200 mm avec une bonnette macro de 3 dioptries :
Pb = 3
Fo = 200
1) Pr = ((1/200) x 1000) + 3 = 5 + 3 = 8 dioptries
2) Fr = 1/8 x 1000 = 125 mm
3) G = (200/125) – 1 = 1,6 – 1 = 0,6

Nous pouvons tirer plusieurs enseignements de la lecture de ce tableau :

  • Sauf à acheter une bonnette macro très puissante (ce que nous verrons plus loin n’est pas forcément une bonne idée), cet accessoire sera plus efficace (présentera un rapport de grandissement plus important) avec des focales assez élevées. Autrement dit, vous n’aurez pas grand intérêt à mettre une bonnette macro sur un objectif grand-angle (vous remarquerez d’ailleurs que je n’ai pas mis dans le tableau la focale de 24 mm car le grandissement était très faible).
  • Une bonnette macro sera particulièrement intéressante à utiliser avec un zoom. Sans même toucher la mise au point (les calculs présentés correspondent à une mise au point calée sur l’infini), en faisant varier la focale, nous pourrons obtenir un grandissement plus ou moins élevé. Lors de la prise de vue, il sera donc plus facile de s’adapter à votre sujet et faire le cadrage désiré. Vous aurez une plus grande souplesse qu’avec une focale fixe.
  • Avec une bonnette macro donnée, la distance de travail (deuxième colonne du tableau) ne varie pas avec la focale. Si par exemple vous souhaitez photographier un insecte un peu farouche, il vous faudra préférer une bonnette pas trop puissante (pour éviter de devoir trop vous rapprocher du sujet et donc de le faire fuir) associé à une longue focale (pour avoir un rapport de grandissement intéressant).

Pour vous aider à interpréter le tableau ci-dessus et à choisir la bonnette macro qui vous convient en fonction de vos sujets de prédilection et de votre matériel, voici un autre tableau que j’avais déjà utilisé dans l’article qui approfondit la notion de grandissement. Il présente plusieurs photos non recadrées d’un objet familier (une pièce de 2 euros) à différents rapports de grandissement : de quoi vous faire une bonne idée de ce que peut vous donner tel ou tel grandissement en fonction de votre boîtier.

Illustration du grandissement sur un APN plein format et APS-C pour faciliter le choix d'une bonnette macro (à utiliser en complément du premier tableau)

Bien sûr, selon la taille des sujets photographiés, le cadrage recherché (sujet dans son environnement, gros plan d’un détail…) et le boîtier utilisé, le facteur de grandissement à privilégier variera. Pour un sujet pas trop petit (d’une taille équivalente à notre pièce de monnaie), je pense qu’il faut viser un rapport de grandissement d’au moins 0,33x pour un boîtier à capteur APS-C et de 0,25x pour un appareil photo plein format.

Si vous avez une idée du grandissement visé (le deuxième tableau devrait vous y aider), alors vous pourrez trouver en fonction des focales dont vous disposez (cf. premier tableau) la puissance de la bonnette macro qui répondra le mieux à vos attentes.

Attention toutefois à ne pas être trop avide de forts grandissements, surtout si vous débutez en macrophotographie :

  • En augmentant le grandissement, vous augmenterez la difficulté de prise de vue : vous constaterez vite que plus le grandissement est élevé plus, d’une part, la profondeur de champ sera minime et plus, d’autre part, il sera difficile d’éviter le flou de bougé…
  • Une bonnette macro d’une forte puissance (disons au-delà de 5 dioptries) implique une distance de mise au point très proche ce qui peut poser problème avec certains sujets. Par exemple, une bonnette de 10 dioptries nécessite une mise au point à 10 cm du sujet avec la bague de mise au point réglée sur l’infini. Avec une mise au point sur la distance minimale, cette distance de travail s’amenuisera encore…
  • En achetant une bonnette macro très puissante, vous risquez également d’avoir plus d’aberrations optiques qu’avec une bonnette moins puissante. Il faudra particulièrement veiller à la qualité optique lors de votre choix (cf. partie suivante).
Même si personnellement je suis un peu sceptique sur la qualité du résultat, sachez qu’il est possible de cumuler plusieurs bonnettes macro à condition de visser les bonnettes en allant toujours de la plus puissante à la moins puissante (la bonnette la plus forte sera vissée en premier sur l’objectif puis la moins puissante sera positionnée en second sur la première).

Par exemple, une bonnette macro 3 dioptries associée à une autre bonnette de 2 dioptries donnera une puissance totale de 5 dioptries. Bien entendu, à qualité égale, les 2 bonnettes macro seront optiquement moins performantes qu’une seule bonnette de 5 dioptries.

La qualité optique de votre bonnette macro

Si vous choisissez une bonnette macro premier prix constituée d’une seule lentille convergente, vous risquez d’être déçu par le résultat. La qualité sera rarement au rendez-vous : manque de netteté, présence d’aberrations chromatiques et géométriques.

Pour les raisons précitées, je vous conseille vivement de choisir des bonnettes macro achromatiques ou apochromatiques.

  • Une bonnette macro achromatique associe une lentille convergente et divergente qui va réduire les aberrations chromatiques et sphériques et améliorer la netteté de l’image obtenue (ce système réduit les écarts de focalisation des différentes longueurs d’ondes).
  • Une bonnette macro apochromatique est une amélioration du système achromatique par l’ajout d’une troisième lentille (une lentille convergente, divergente puis à nouveau convergente) : là où le système achromatique corrige deux longueurs d’ondes, celui-ci corrige les trois (rouge, vert, bleu). Pour faire simple une bonnette macro apochromatique devrait être optiquement supérieure à une bonnette achromatique.

Sachez que sur internet, il y a souvent confusion entre les termes achromatique et apochromatique. D’autre part, pour ne rien arranger, les constructeurs ne sont pas toujours très transparents (c’est le cas de le dire) à ce sujet.
La marque Marumi propose par exemple des bonnettes macro achromatiques (le terme est en tout cas utilisé dans ses références commerciales). Concernant les bonnettes macro Raynox DCR-150 et 250, on peut supposer qu’elles sont apochromatiques car sur le site du fabricant il est précisé que la formule optique comporte 3 éléments.

Enfin, comme avec les lentilles d’objectifs photo, certaines bonnettes macro subissent également un traitement antireflets qui améliore le rendu final (c’est le cas des bonnettes macro de chez Raynox).

Ayez aussi à l’esprit qu’une bonnette macro est un élément optique grossissant que vous ajoutez à un objectif qui lui-même sera d’une plus ou moins grande qualité optique. En ajoutant une bonnette macro vous allez obligatoirement rendre plus visible les défauts optiques de votre objectif. Donc, même si vous mettez une bonnette macro de bonne qualité optique sur un mauvais objectif, le résultat sera médiocre. D’un autre côté, ce serait encore pire si en plus la bonnette est elle-même de piètre qualité… 🙂

Choix du diamètre ou du système de fixation de la bonnette macro

Comme un filtre vissant, une bonnette macro devra être choisie en fonction du diamètre de votre objectif sous-peine de ne pas pouvoir la visser à l’avant de votre optique. Ce diamètre est indiqué en millimètres.

Où trouver le diamètre pour votre bonnette macro

Vous pourrez souvent (mais pas toujours) trouver cette information directement sur votre objectif : sur le fût de l’objectif, parfois sur les bords extérieurs au niveau de la lentille frontale. Le chiffre est normalement précédé d’un « O » barré obliquement : Ø et suivi de « mm » (millimètres).

Si vous ne voyez pas l’information sur l’objectif, vous la trouverez facilement dans la fiche technique de l’objectif sur le site du constructeur ou dans votre mode d’emploi. La plupart des fabricants parlent de « diamètre de filtre ». Chez Tamron on trouve les expressions « Taille » ou « dimension du filtre ». Chez Nikon ce sera plutôt « Diamètre de fixation pour filtre » ou « pour accessoires ».

La solution des bagues d’adaptation

Si vous comptez utiliser une bonnette macro pour plusieurs de vos objectifs, plutôt que d’acheter une bonnette pour chaque diamètre de filtres différents, pour faire des économies (et alléger votre sac), vous pouvez acheter la bonnette macro correspondante à votre plus grand diamètre et acheter en complément une ou plusieurs bagues d’adaptation (ou bagues de conversion). La bague permettra de visser la bonnette sur des objectifs de diamètres plus petits.

Par exemple, vous avez un objectif de 77mm, deux autres de 67mm et un dernier de 58mm : plutôt que d’acheter 3 bonnettes (une de 58mm, une autre de 67mm et une dernière de 77mm), vous achetez la plus grande, celle de 77mm et pour pouvoir tout de même l’utiliser sur vos autres objectifs vous achetez 2 bagues d’adaptation : une bague d’adaptation 58-77mm et une autre de 67-77mm.

Vous pouvez acheter vos bagues d’adaptation à l’unité ou par lot comme le montre les liens présentés ci-dessus.

Faites attention au sens : comme expliqué plus haut, généralement le petit diamètre de la bague va sur l’avant de l’objectif et le filtre ou la bonnette se visse sur le plus grand diamètre : c’est le meilleur moyen de minimiser le risque de vignetage. Il existe aussi des bagues qui font l’inverse (cf. le deuxième lien présenté). Cela peut être utile si vous avez déjà une bonnette macro dont le diamètre est plus petit que celui d’un objectif sur lequel vous voulez la fixer. Dans ce cas, le risque de vignetage sera beaucoup plus élevé (il dépendra de la place prise par la lentille frontale et de la focale utilisée).

Seul inconvénient de cette méthode, si avec le filtre du bon diamètre il est souvent possible de remettre le pare-soleil même si la bonnette macro est vissée sur l’objectif, avec une bague de conversion ce sera quasiment tout le temps impossible.

Bonnettes macro avec adaptateur (Raynox)

Bonnette macro Raynox DCR-150 avec système de fixation à pinces (diamètre de 52mm à 67mm)La marque Raynox, si elle propose des bonnettes macro qui se vissent, est surtout connue pour son système de fixation à pinces qui s’adapte à des objectifs dont le diamètre peut varier de 52mm à 67mm. Je vous invite à consulter la partie suivante pour en apprendre plus sur le sujet.

Marques et prix

De manière générale, plus la puissance (en dioptries), le diamètre (en mm) et la qualité optique seront élevés, plus le prix d’une bonnette macro augmentera. Et comme avec n’importe quel produit, la réputation de la marque aura aussi une incidence sur le prix de la bonnette.

Les bonnettes macro premier prix

Sur internet, vous trouvez facilement des jeux de bonnettes macro de 1, 2, 4 et 10 dioptries pour seulement 20-30 euros (Oting, Polaroid…) : sauf si vous n’êtes pas regardant sur la qualité, je ne vous les conseille pas. A ce prix ce sont forcément des bonnettes macro non achromatiques sans traitement qui présenteront pas mal d’aberrations optiques.

Pour ma part (cela n’engage que moi), j’éviterai aussi les marques comme Bilora, Hama et Oting qui proposent des bonnettes macro à l’unité à bas prix.

Les bonnettes macro des fabricants d’optiques

Ici on ne joue clairement pas dans la même cour, la qualité optique est bien là… et le prix aussi.

Bonnettes macro Nikon

Nikon ne fait plus qu’une bonnette macro de 40,5 mm (MC N1-CL1) compatible avec les objectifs 1 NIKKOR (monture pour Nikon 1, appareils photo compacts à objectif interchangeable). Par le passé, Nikon a produit des bonnettes macro qui avaient pour références 3T, 4T, 5T et 6T (en fonction de la puissance et du diamètre) : les bonnettes Nikon 3T et 5T d’une puissance de 1,5 dioptrie (pour un diamètre respectif de 52 et 62 mm) et les 4T et 6T avec une puissance de 2,9 dioptries (pour un diamètre de 52 et 62 mm).

Donc, sauf à trouver une bonnette macro Nikon d’occasion, si vous êtes équipé avec un reflex, il faudra vous tourner vers un objectif Nikkor macro ou vers une bonnette d’une autre marque offrant un plus grand diamètre.

Bien sûr, sauf si votre religion vous l’interdit 😉 rien ne vous empêche d’utiliser une bonnette Canon (voir la partie ci-dessous) sur un objectif Nikon… vous devez juste faire attention que le diamètre de la bonnette soit compatible avec celui de votre objectif (ou au moins de la possibilité de mettre une bague d’adaptation entre les deux, si le diamètre de la bonnette macro est supérieur à celui de l’objectif) !
Bonnettes macro Canon

Chez Canon, la fabrication de bonnettes pour reflex est encore d’actualité. Il y a au catalogue deux bonnettes macro disponibles dans différents diamètres :

Bonnette macro Canon 250D (+4 dioptries pour une distance de mise au point de 25 cm) en diamètres 52 mm et 58 mm (cette référence n’existe pas a priori en 72 et 77 mm).

Bonnette macro Canon 500D (+2 dioptries pour une distance de mise au point de 50 cm) en diamètres 52, 58 mm, 72 mm, et 77 mm.

Bonnette macro Sigma

A noter aussi l’existence d’une bonnette macro chez Sigma : la bonnette Sigma AML72-01 (diamètre de 72 mm) destinée à l’objectif Sigma 18-300mm F3.5-6.3 DC MACRO OS HSM. Vous trouverez cette bonnette chez Digit-Photo, Missnumerique ou encore Amazon.

Les bonnettes macro Raynox

Raynox est une marque de la société japonaise Yoshida Industry Co. Cette société vend sous cette marque des compléments optiques spécialisés (macro, grand-angle, fisheye, téléobjectif) qui viennent s’ajouter devant un objectif d’appareil photo ou de caméra vidéo. Raynox est plutôt réputée pour la qualité optique de ses bonnettes macro (MAJ 18/10/2017 je n’ai pas personnellement testé, mais il y a de très bons retours ; j’ai moi-même acheté la bonnette macro Raynox DCR-150 que j’utilise essentiellement sur un objectif Olympus 40-150mm avec un appareil hybride Olympus E-M10 mark II et ma foi, j’en suis très satisfait 🙂 ).

Pour la macrophotographie, Raynox propose des bonnettes avec un système de fixation qui s’adapte à plusieurs diamètres de filtres. Les bonnettes macro Raynox DCR-150 et 250 sont vendues avec un adaptateur universel compatible avec les diamètres de filtres allant de 52 à 67 mm (sachant que pour les appareils avec un diamètre plus petit, Raynox propose en supplément 5 bagues d’adaptation de 37mm, 40.5mm, 43mm, 46mm et 49mm).

Le diamètre avant de la bonnette macro fait 49mm. Celui qui permet de visser la bonnette sur l’adaptateur fait 43mm (diamètre utile de la bonnette). La formule optique comprend 2 groupes pour 3 éléments (on peut supposer qu’il s’agit donc de bonnettes apochromatiques) et les lentilles sont traitées avec un revêtement antireflets.

  • La bonnette macro Raynox DCR-150 est d’une puissance de 4,8 dioptries.
  • La bonnette macro Raynox DCR-250 est d’une puissance de 8 dioptries.
Attention, le petit diamètre des bonnettes macro Raynox avec adaptateur universel sera certainement approprié à la plupart des appareils photo bridges et la plupart des hybrides à petit capteurs (et à certains compacts acceptant les filtres, compatibles avec l’adaptateur) mais risque de poser problème avec des objectifs plus gros d’appareil photo reflex : la bonnette macro pourrait ne pas se fixer sur l’objectif (diamètre de filtre supérieur à 67mm) ou provoquer un fort vignetage.
Avant tout achat, je vous invite à consulter la page d’accueil de Raynox où vous pourrez rechercher votre modèle d’appareil photo pour savoir s’il est compatible avec une bonnette macro de la marque.

Par exemple, le Canon 70-200mm f/2.8 a un diamètre de filtre de 77mm et la lentille frontale fait approximativement le même diamètre : il sera de toute façon impossible de fixer la bonnette dessus.
Si l’on prend cette fois-ci le Canon 70-200mm f/4 : le diamètre de filtre de cet objectif fait 67mm, il est donc possible de fixer une bonnette macro Raynox DCR-150 ou 250 mais dans la mesure où la lentille frontale a un diamètre d’environ 55mm, autant dire qu’une bonnette avec un diamètre utile de 43mm provoquera un fort vignetage : seule la partie centrale de l’image pourra être exploitable.
MAJ 18/10/2107 : je confirme en grande partie cette analyse que j’avais écrite à l’époque de la création de l’article. Ayant acquis depuis une bonnette Raynox DCR-150, j’ai pu faire quelques tests : si la bonnette se fixe sans problème sur cet objectif, en revanche elle provoque en effet un fort vignetage lorsque je l’utilise sur un boîtier plein format. En revanche, si j’utilise la même configuration avec un appareil à capteur APS-C, aucun effet de vignetage n’est visible (c’est logique dans la mesure où avec un capteur plus petit, seule la partie centrale du cercle image est utilisée).

Chez Raynox, il existe aussi des bonnettes macro vissantes.
Le système Raynox DCR-5320PRO comprend en fait 2 bonnettes macro d’un diamètre de 72mm. Avec un diamètre utile beaucoup plus grand que les modèles DCR-150 et 250, ces bonnettes seront plus adaptées aux appareils photo reflex.
Des bagues adaptatrices sont vendues séparément (52mm, 55mm, 58mm, 62mm, 67mm, 77mm et 82mm).

Comme précisé plus haut, le kit DCR-5320PRO est composé de 2 bonnettes :

• Une bonnette macro de 3 dioptries (distance de mise au point d’environ 30 cm). La formule optique comprend 1 groupe pour 2 éléments.

• Une bonnette macro de 2 dioptries (distance de mise au point d’environ 50 cm). La formule optique comprend 2 groupes pour 3 éléments.

L’association des 2 bonnettes nous donne donc une puissance totale de 5 dioptries (distance théorique de mise au point d’environ 20 cm, 17 cm selon le constructeur).

Les bonnettes macro B+W et Hoya

Si les deux marques sont bien connues pour leurs filtres, elles le sont moins pour leurs bonnettes macro.

  • Chez B+W, on trouve des bonnettes macro allant de 1 à 5 dioptries (référence NL1 à NL5) dans des diamètres variant de 37 à 77mm.
  • Chez Hoya, la puissance des bonnettes macro va de +1 à +4 dioptries pour des diamètres de 46 à 77mm.

Au vu des prix assez peu élevés pour ces marques et de l’épaisseur plutôt réduite des bonnettes, je pense qu’il ne s’agit pas de bonnettes macro achromatique et encore moins apochromatiques. Au mieux il s’agit de lentilles de qualité ayant subi un traitement mono ou multicouches antireflets : traitement simple sur les deux faces chez B+W et HMC (HOYA Multi Coated) chez Hoya.

J’avoue que, même si j’ai déjà acheté des filtres de bonne qualité optique chez ces marques, j’aurais tendance à préférer des bonnettes achromatiques ou apochromatiques…
Si certains ont testé, qu’ils n’hésitent pas à partager leur expérience dans les commentaires !

Chez Hoya, il semble bien qu’il existe aussi des bonnettes macro achromatiques comme l’indique cette page (visuel et phrase en anglais « A lens of 2-element ») : http://www.hoyafilter.com/hoya/products/specialeffectsfilters/macrocloseup/ (merci à MARchegai pour son commentaire et le lien, car j’étais passé à côté de l’information).

Par contre, attention, tout me laisse à penser que les bonnettes macro Hoya actuellement disponibles sur le marché français ne sont pas des bonnettes achromatiques ! J’ai regardé plusieurs sites de vente en ligne et aucun ne semble proposer ce type de bonnettes.

Choix bonnette macro chez Hoya : achromatique Vs simple (une lentille)

A gauche visuel du site Hoya qui parle de bonnettes macro achromatiques et à droite un visuel de chez Amazon d’une bonnette simple de même diamètre.

Comparez plutôt les visuels :

En plus de la différence d’épaisseur évidente, notez également les références inscrites sur le pourtour des bonnettes :

  • Bonnette macro achromatique : HOYA 55mm MACRO CLOSE UP (ici la puissance de la bonnette n’est pas visible mais doit certainement être indiquée sur la face cachée),
  • Bonnette macro simple : HOYA HMC 55mm +4 (dans le cas présent, il s’agit d’une bonnette d’une puissance de 4 dioptries).

La première bonnette affiche « MACRO CLOSE UP » alors que la seconde affiche simplement le traitement de la lentille (HMC) suivi de la puissance de la bonnette.

Attention, piège supplémentaire, j’ai même vu un site de vente en ligne utiliser le visuel du site officiel (celui de la bonnette achromatique) alors que la description, et surtout le prix, laisse clairement supposer qu’il s’agit d’une bonnette macro simple (à une seule lentille). Soyez donc vigilant au moment de choisir votre bonnette macro et, avant votre achat, pensez à vous renseigner sur la politique de retour du vendeur (cela pourra être utile en cas de déconvenue) !

Les bonnettes macro Kenko

En macrophotographie, Kenko est plus connu pour ses bagues-allonges que pour ses bonnettes. La marque propose pourtant une bonnette qui a priori a de bonnes qualités optiques puisqu’elle est achromatique (« AC »). Sa référence est « PRO1D AC Close-up Lens » suivi d’un numéro correspondant à sa puissance en dioptrie. Il existe des bonnettes macro No 2, 3, 4 et 5 pouvant aller d’un diamètre de 49 à 77mm. En plus d’être achromatiques les lentilles ont subi un traitement multi-couche qui améliore la transparence tout en limitant les reflets parasites.

Les bonnettes macro Marumi

Marumi est une marque encore assez peu connue mais qui commence à faire parler d’elle dans le bon sens du terme.
Chez Marumi, il existe des bonnettes macro DHG (Digital High Grade) « simples » qui se repèrent facilement par leur faible épaisseur (que je ne conseillerais pas personnellement) et des bonnettes achromatiques (Achromat ou AC) qui sont plus chères mais présentent une bien meilleure qualité optique.
Pour ma part, en complément d’un objectif macro, que je ne prends pas toujours dans mon sac photo en raison de son encombrement et de son poids, j’ai acheté une bonnette macro MARUMI CLOSE-UP ACHROMAT 3D DHG. Elle me permet de faire un peu de proxy-photographie avec mon reflex quand l’occasion se présente. Comme c’est une bonnette pas très puissante de 3 dioptries, je l’utilise généralement avec un zoom 70-200mm pour avoir un rapport de grandissement suffisant.

Pour ceux qui aiment la macrophotographie et veulent pouvoir en faire même à l’improviste lors d’une sortie photo, la bonnette macro est vraiment un accessoire très pratique (facile à installer et à utiliser), relativement peu cher, qui a toute sa place dans un sac photo. Et si vous suivez les conseils donnés dans cet article pour choisir votre bonnette macro, je pense que vous ne devriez pas être déçu de votre achat.
Les liens produits présentés dans cet article sont des liens affiliés. J’ai choisi de vous mettre directement ce type de liens pour 2 raisons :

  • Vous faire gagner du temps en recherche si un des produits dont je parle vous intéresse (faites par contre attention à choisir le bon diamètre pour l’achat d’une bonnette macro),
  • Récupérer une petite commission si vous achetez en passant par un de ces liens : pour vous ça ne change rien, vous ne payez pas plus cher et pour moi, cela me rapporte un peu… si vous appréciez le blog, c’est un bon moyen de me soutenir ! merci 🙂 .

Et vous ?Avez-vous déjà acheté une bonnette macro ? En êtes-vous satisfait ? S’agit-il d’une des marques référencées dans cet article ou d’une autre ?

Téléchargez le guide gratuit du blog

Guide gratuit

Vous souhaitez faire de plus belles photos sans nécessairement avoir à investir dans un nouvel appareil plus performant que celui que vous avez actuellement... bonne nouvelle, c'est tout à fait possible ! Et oui, heureusement la valeur d’un photographe ne se mesure pas à la valeur de son matériel photo !

Quel que soit votre équipement photo actuel, si vous souhaitez passer à la vitesse supérieure dans votre pratique photographique ("faire de la photos" et non "prendre des photos"), il faudra nécessairement savoir reprendre la main sur les automatismes de votre appareil ; c’est un des conseils que je développe dans le guide « Les 10 commandements pour progresser en photo ».

Si vous cherchez de bons conseils, une démarche globale pour véritablement progresser en photo, vous pouvez télécharger gratuitement le guide simplement en vous inscrivant à la newsletter du blog !

NOTEZ L'ARTICLE (survolez l'étoile correspondante à la note puis cliquez dessus)
►| Note moyenne de 4.1 /5 attribuée par 95 votant(s) |

À propos de : Hervé (LuzPhotos)

Hervé Drouet, photographe professionnel au pays basque, spécialiste formation photo et rédacteur du blog LuzPhotos.

64 commentaires

  1. Super!
    Ben, j’ai essayé un jeux de bonnettes pas cher et très médiocres à éviter.
    Merci Hervé pour cet article qui confirme mes doutes.

  2. Ajout de la définition du tirage optique pour clarifier certains passages de l’article.

  3. Très clair et très pédagogique. Merci. Bien cordialement. JM

  4. Merci Hervé pour cet article qui tombe à pic pour moi ! j’ai trouvé les réponses à mes questions (en particulier : pourquoi de tels écarts de prix ?) que je n’avais pu obtenir auprès du vendeur Fnac consulté.

  5. Merci à vous trois pour ces commentaires sympa. Content d’avoir pu aider.

  6. Merci Hervé pour cette analyse très complète et très bien documentée comme d’habitude.
    J’ai suivi tes conseils et acheté une Marumi.

  7. Merci pour cet article. Sans doute faudrait-il mentionner que sur les bonnettes à forte dioptrie, le bombage convexe du verre est tel qu’il devient impossible de fixer un cache d’objectif par dessus, et que c’est même fortement déconseillé d’essayer si on ne veut pas rayer le verre de la bonnette. À moins qu’il existe des caches concaves permettant d’épouser la forme du verre ?

    • Oui en effet, merci, vous avez raison de le préciser, une fois la bonnette macro vissée sur l’objectif, parfois le bouchon d’objectif ne peut plus être mis (et, sauf si un bouchon spécifique est livré avec la bonnette, à ma connaissance, il n’existe pas de bouchons adaptés à une lentille bombée qui dépasserait).

      Pour info, avec la bonnette macro que j’ai acheté c’est possible de remettre un bouchon standard (c’est une bonnette 3 dioptries qui présente une épaisseur suffisante pour clipser le bouchon sans risquer de toucher la lentille).

      Dans le même ordre d’idée, une fois la bonnette vissée sur l’objectif, le pare-soleil, qui offre une première protection à la lentille, ne pourra pas toujours être remis (en fonction de la construction de la bonnette et du pare-soleil).
      Et, comme précisé dans l’article, si on utilise l’astuce de la bague d’adaptation pour éviter d’acheter une bonnette pour chaque diamètre de filtre d’objectif, il y a de très fortes chances pour que le pare-soleil ne passe pas sur un objectif d’un diamètre inférieur à celui de la bonnette.
      Par exemple, avec ma bonnette de 77mm, je peux remettre sans problème le pare-soleil sur mon objectif 70-200mm f/2.8 (le diamètre de la bonnette et de l’objectif sont identiques) mais ce sera impossible avec mon objectif 70-200mm f/4 (diamètre de 67 mm) avec lequel j’utilise une bague d’adaptation 67-77mm pour fixer la bonnette (cette dernière sera trop large par rapport au diamètre du pare-soleil de cet objectif).

      Il est bon d’avoir en tête ces contraintes, même si, à mon avis, elles ne sont pas suffisamment importantes (comparées aux autres critères de sélection) pour peser réellement dans le choix d’une bonnette macro.

  8. Suite à de nouvelles recherches, ajout d’une partie sur les bonnettes macro achromatiques de la marque Kenko.

  9. Bonjour, petite précision concernant les bonnettes Hoya : sur leur site il est précisé qu’elles sont en 2 éléments – 2 groupes (donc à priori à minimum achromatique). http://www.hoyafilter.com/hoya/products/specialeffectsfilters/macrocloseup/

  10. Merci pour toutes ces précisons qui m’ont permis d’y voir plus clair dans l’achat de ma bonnette macro. Pour info, j’ai pris une Raynox 250 dont je suis vraiment très satisfait. On peut voir des photos prise avec cette bonnette (sans grande expérience) sur : https://www.flickr.com/photos/joelherreros/
    Merci encore !

  11. Bonjour Hervè et merci pour cet article que je trouve très clair et très productif . Il va m’aider à approfondir un domaine qui me passionne dans lequel je ne demande qu’à progresser , celui de LA MACRO !

  12. Un tout grand merci à vous pour cet excellent article. Je suis passionnée de macro et de proxiphotographie mais j’ai un petit salaire, donc, un petit budget ;-(.
    Aussi, je cherche des solutions peu onéreuses mais, ne souhaitant pas regretter mes achats en investissant dans « n’importe quoi », des articles comme celui-ci me sont très utiles.
    Encore merci pour le partage.
    Cordialement.

  13. Bonjour,
    Je me demandais si ajouter une bonnette à mon Sigma macro 150 OS étaient faisable ou bien si c’est juste une perte de temps et que la qualité va tellement en pâtir que ça n’en vaut pas la peine. L’idée étant de dépasser le ration 1:1. Qu’en pensez-vous?

    • Bonjour,
      Non pourquoi pas : avec un objectif classique 150mm et une bonnette macro de qualité on peut obtenir de bons résultats, alors avec un objectif macro il n’y a pas de raison que ce soit mauvais (sachant en plus que les objectifs macro sont généralement de très bonnes optiques).

  14. deliessche david

    bonjour Hervé
    j’ai récemment acheté un canon 100 mm macro L is usm dont je suis entièrement satisfait pour mon premier série L que j’utilise avec un canon 70D mais je voudrais aller au dela du rapport 1:1
    je penche pour une bonnette Marumi de +3 achromatique
    ma question que vais je gagner
    quelle est ma distance mini de MAP
    merci

    • Bonjour,

      J’ai essayé de trouver des formules pour calculer le grandissement d’un objectif macro auquel on ajoute une bonnette macro mais sans succès (les formules que je donne dans cet article sont valables uniquement pour des objectifs classiques).

      Donc je me suis rabattu sur la méthode empirique (photo d’une règle millimétrée comme expliqué en détail dans l’article sur le grandissement) puisque j’ai l’objectif macro Canon 100mm L IS USM et la bonnette Marumi de 3 dioptries. Le test a été réalisé sur un Canon 7D qui a, comme votre 70D, un capteur APS-C de 22,3 mm de large.

      – Sans bonnette, au plus près (environ 13 cm entre la cible et l’extrémité avant de l’objectif) et au plus fort grandissement (1:1), ma règle fait bien environ 2,23 cm sur la photo (la largeur du capteur). Le rapport Image / Objet donne bien 1.

      – Avec la bonnette macro 3 dioptries, je peux me rapprocher un peu plus près (toujours au grandissement max de l’objectif) : à environ 8,5 cm (distance entre la cible et le bord de la bonnette macro) et cette fois-ci la règle mesure sur la photo à peu près 1,6 cm soit un grandissement de 2,23/1,6 = 1,39 presque 1,4.

  15. Bonjour,
    J’ai acheté une Marumi DHG Achromat Macro 72mm – 200 (+5) que j’aimerai utiliser sur un objectif Sigma 18-300 F3.5-6.3.
    Je n’ai jamais pu faire de macro avec l’ensemble de ces 2 matériels.
    Avez-vous une solution à me donner ?
    Je vous en remercie à l’avance
    Thérèse

    • Bonjour, lorsque vous dites « Je n’ai jamais pu faire de macro avec l’ensemble », je suppose que vous n’arrivez pas à avoir un sujet net dans le viseur avec la bonnette macro montée sur votre objectif.

      L’utilisation d’une bonnette macro peut être déroutante au début.

      Au cas où je rappelle quelques petites règles d’utilisation :
      – Il faut savoir qu’avec une bonnette macro de 5 dioptries, la distance de travail (entre le sujet et l’avant de la bonnette macro) sera d’environ 20 cm lorsque la mise au point de l’objectif est faite sur l’infini.
      Avec une mise au point plus proche, il faudra se rapprocher encore de quelques centimètres. Autrement dit, il sera impossible d’avoir un sujet net si vous êtes à plus de 20 cm de votre sujet.
      – D’autre part, l’autofocus avec une bonnette macro n’est pas toujours très efficient et il ne faut pas hésiter à passer en mise au point manuel : vous pouvez alors régler la mise au point manuellement voire simplement à avancer ou reculer pour trouver la meilleure netteté.

      Pour apprendre à bien utiliser une bonnette macro, je vous invite à lire ou à relire attentivement l’article Comment bien utiliser une bonnette macro ?

  16. Bonjour,
    ma question va mettre en évidence mon amateurisme !
    Je ne comprends pas vos calculs de grandissements :
    – dans l’exemple « sans bonnette », vous dites calculer le rapport Image/Objet.
    – dans l’exemple « avec bonnette » il me semble que vous calculer le contraire : sur la photo la règle mesure 1,6cm, cela ne correspond-il pas à l’image ?
    – de plus, je ne comprends pas où se trouve le gain puisqu’avec bonnette les dimensions de la règle sont plus petites que sans.
    Désolé pour ces questions… et merci pour les explications.

    • Oui en effet, il s’agit du calcul fait dans un commentaire un peu plus haut en réponse à David (je ne me rappelais plus, je cherchais plus haut dans l’article…)

      En fait, puisque la règle photographiée prend toute la largeur du capteur, l’image du sujet (la règle) qui se forme sur le capteur fait donc la taille du capteur (le sujet va d’un bord à l’autre du capteur). Donc Image = largeur du capteur (dans l’exemple dont on parle 22,3 mm).
      Ensuite il faut avoir la taille réelle de l’objet ; ça tombe bien nous avons pris une règle en photo 🙂 , donc il suffit de lire les mm de la portion de règle qui est entrée dans la photo. Dans le calcul avec la bonnette, j’ai lu sur la photo de la règle : 16 mm ; l’objet réel (portion de la règle) qui a été photographié fait 16 mm.
      Ensuite le grandissement = Image / Objet = 22,3/16 = 1,39

      Sinon, j’avais tenté d’expliquer ce calcul dans l’article consacré au grandissement (l’explication est accompagnée d’images, ce sera sans doute plus clair) :
      http://www.luzphotos.com/prise-de-vue/macro/macrophotographie-definition-grandissement#mesure

  17. Christophe Laurent

    Très bon article dont la lecture m’a décidé à me porter acquéreur d’une bonnette Canon 250D qui répond parfaitement à mes besoins maintenant que j’ai appris à bien m’en servir.

  18. Bonjour et merci beaucoup pour votre article . Je suis complètement néophyte en macro et je souhaite me laisser mais je suis un peu perdue . Je souhaite mettre une bonnette pour commencer. J’ai un objectif 70-200mm f/4 L IS USM monté sur un canon 6D. Je penche vers bonette 500D mais quel diamètre ? 58mm ou 77mm ou autre ? merci pour votre aide. Cordialement, Geneviève-

    • Un filtre circulaire (ou une bonnette vissante) doit se visser sur le pas de vis de votre objectif. Sauf bague d’adaptation, il faut donc que la taille de votre filtre corresponde exactement à celui du diamètre de fixation de votre objectif. Pour trouver le diamètre de filtre d’un objectif, je vous invite à relire la partie : Où trouver le diamètre pour votre bonnette macro.

      Pour votre 70-200mm f/4 L IS USM, juste après la lentille frontale et avant le liseré rouge, sur la partie grise, le diamètre est indiqué après le signe Ø : dans votre cas, vous devez avoir Ø67mm : donc pour cet objectif, sauf bague d’adaptation, il faudra une bonnette (ou un filtre) de 67 mm.

      Mais si vous souhaitez acheter la bonnette macro Canon 500D, sauf erreur de ma part, elle n’existe pas en diamètre 67mm.
      Dans ce cas, vous devez acheter la bonnette de diamètre supérieure, donc de 77mm (un diamètre inférieur risquerait de provoquer du vignetage, c.a.d. un assombrissement marqué des pourtours de l’image) et compléter votre achat avec une bague d’adaptation 67mm-77mm : vous visserez la bague d’adaptation sur votre objectif et la bonnette sur la bague.

      C’est personnellement ce que je fais : j’ai acheté une bonnette de 77mm (car j’ai beaucoup d’objectifs de ce diamètre) mais si je veux l’utiliser sur mon Canon 70-200mm f/4 (qui a l’avantage d’être beaucoup plus léger et moins encombrant que mon 70-200 f/2.8) alors j’utilise une bague d’adaptation.

  19. Bonjour Hervé
    J’ai trouvé ces bonnettes macro Hoya qui se vendent à l’unité sur le site Missnumerique
    https://www.missnumerique.com/search.php?q=hoya+macro
    A votre avis est-ce-qu’elles sont AC ?

    Les Kenko sont très difficiles à trouver, il y en a sur la baie mais hors de prix.

    J’ai deux zooms micro 4/3 Olympus 40-150mm ED R et 12-40mm f2.8
    Ainsi que des focales fixes : 25mm f1.8 et 45mm f1.8 Olympus et 15mm 1.7 Panasonic

    Je n’ai jamais fait de macro et j’aimerais m’exercer sur des petits objets et fleurs, à votre avis quels objectifs utiliser en priorité ? Cela m’aidera à trouver les bonnettes adéquates.
    Merci.

    • Concernant les bonnettes Hoya, comme indiqué dans l’encart jaune de l’article, pas facile de savoir s’il s’agit de bonnettes achromatiques ou non car visiblement Hoya fait les 2 mais généralement les descriptifs ne le précisent pas…
      Au niveau des visuels chez MissNumerique cela semble être le cas (sauf pour les kits de 3 bonnettes) : il faut juste espérer que les visuels sont bien les bons !
      A votre place, avant un achat éventuel d’une bonnette Hoya, je prendrai la référence à acheter et je demanderai avant au vendeur (en espérant qu’il a l’info).

      Avec une bonnette, l’objectif le plus intéressant sera votre 40-150mm.
      Pour ma part, j’ai aussi un Olympus micro 4/3 avec ce même objectif et pour aller dessus j’ai acheté la bonnette macro Raynox DCR-150 (voir la partie de l’article consacrée aux bonnettes Raynox) : j’en suis tout à fait satisfait 🙂

  20. Merci Hervé.
    Le petit 40-150mm est une merveille, nul doute qu’il donnera de bon résultats en macro également.
    Je vais donc me trouver une bonnette 58mm.
    Je vais me renseigner auprès de Missnumérique avant.
    Concernant Hoya j’ai aussi vu celle-ci de la gamme Pro1 sur AMazon : Hoya Close-Up Pro1 Digital AC +3 (apparemment elle serait achromatique mais sur l’emballage cela n’est pas précisé) https://www.amazon.fr/Hoya-Close-Up-Digital-Filtre-Lentille/dp/B000KZ98BC/ref=sr_1_4?ie=UTF8&qid=1508011189&sr=8-4&keywords=hoya+close+up

    Concernant la Raynox je ne comprends leur système de pince, il faut dire que j’en ai jamais vu une en vrai.
    C’est pour cela que j’hésite encore à l’acheter.

    • Oui pour la bonnette Hoya Pro1 que vous avez sélectionné, selon moi, il s’agit bien d’une bonnette macro achromatique (le terme AC signifie « achromatique » et la photo montre bien une bonnette de ce type).

      Sinon pour la bonnette macro Raynox DCR-150, pas de souci pour se fixer sur votre objectif 40-150mm. Le système de pince est parfaitement compatible : testé et approuvé à maintes reprises 🙂

  21. Je cite ici la réponse de MissNumérique au sujet des bonnettes vendues à l’unité :
    « D’après les informations que nous avons, nous sommes au regret de vous informer que ce HOYA filtre macro HMC Close-up +4 58 mm ne dispose pas de traitement achromatique, nous en sommes désolés. »
    J’ai complété ma recherche sur le site Dixigo, on trouve les bonnettes Canon, Marumi et Hoya Pro1 (toutes sont avec traitement achromatique)

    J’hésite encore : entre une Marumi +5 dioptries 58mm ou la Raynox DCR-150

    • Ah oui étonnant pour la bonnette Hoya ; pas sûr que les photos des bonnettes soient les bonnes…

      Je pense que les 2 bonnettes (Marumi + 5 dioptries ou Raynox DCR-150 + 4,8 dioptries) feront parfaitement le job. Peut-être une petite préférence pour la Raynox pour son côté plus polyvalent (système d’adaptateur pouvant se fixer sur des objectifs de diamètres allant de 52 à 67 mm) et sa bonne réputation (Raynox est beaucoup plus connu que Marumi dans le domaine de la macro).

  22. Petites mises à jour de l’article concernant les bonnettes macro Raynox pour tenir compte de mon achat (qui date maintenant de plusieurs mois) de la bonnette Raynox DCR-150…

  23. Bonjour Hervé
    Je suis toujours à la recherche de ma bonnette.
    J’aimerais savoir ce que tu photographies avec ton matériel E-M10 Mk II + 40-150mm F4-5.6 + bonette Raynox DCR-150 4.8D ? (Plutôt insectes, plutôt fleurs, objets ? ) J’ai le même matériel et j’ai une opportunité pour une bonnette Canon 250D 58mm +4D état neuf à 50 euros (bon plan, non ?).

    • Par goût personnel je fais plutôt des photos de fleurs et d’insectes mais techniquement je pourrais également faire de la macro d’objet 🙂
      Je t’envoie par mail quelques exemples de photos faites avec la bonnette macro Raynox et l’objectif Olympus 40-150mm.

      Sinon je pense que la bonnette macro Canon doit également être de bonne qualité mais ne l’ayant jamais utilisé, contrairement à la bonnette Raynox, je ne pourrais l’affirmer…

  24. Merci Hervé, tes clichés sont superbes, je suis par la qualité, pas sûre d’en faire autant, mais je tente 🙂 bon l’automne n’est peut-être pas la meilleure saison pour débuter mais j’ai au moins acheté la bonnette Canon 250D +4 dioptries. C’est une belle affaire. A tester !
    Merci de ton aide !

  25. Bonjour
    Lors de mes vacances, je fais surtout de la photo d’oiseaux ou de mammifères mais je tombe régulièrement sur des sujets de taille modeste du style crabe sur la plage, lézard sur une branche ou belle grosse chenille sur sa feuille.
    J’aimerais les photographier aussi. C’est plus de la proxy-photo que de la vraie macro.
    Jusqu’à présent j’utilise soit mon 50 mm mais le sujet est un peu trop petit sur la photo soit un téléobjectif mais je trouve que la profondeur de champ est trop faible.
    Je ne sais pas si c’est possible de trouver une solution à mon problème (qu’on puisse reconnaitre le sujet dans son environnement)? Dois-je opter pour une bonnette macro 2 dioptries, l’objectif macro 40 mm Nikkor DX (voire le 85 mm DX) ou une bague-allonge ?
    Quel est votre avis ?
    Merci
    Basil

    • Oui cette faible profondeur de champ, c’est une des caractéristiques majeures de la macrophotographie (un atout ou un handicap selon le rendu recherché)… plus on est proche du sujet et/ou plus la focale est élevée, plus la zone de netteté sera réduite… et fermer le diaphragme ne suffit pas toujours loin de là ! Tout au plus on pourra suggérer l’environnement en choisissant bien son cadrage, mais il ne sera pas très présent.
      Opter pour un objectif macro, une bonnette ou encore des tubes allonge ne changera rien à cet état de fait. Plus le grandissement sera élevé et plus la profondeur de champ sera réduite, quelle que soit la méthode pour obtenir ce grandissement.

      En fait, il sera plus facile de faire de la macro (ou plus précisément de la proxy-photo) avec une assez grande profondeur de champ (et donc avec un environnement plus présent) avec des appareils à capteurs plus petits que ceux des appareils photo reflex (par exemple un compact)…

  26. bonjour et merci pour cet article,
    j’ai un canon eos 100d avec un pancake 50mm. est-ce intéressant d’avoir une bonnette sur un objectif sans zoom ? je photographie surtout des plantes ou des objets.
    je pense acquérir une bonnette mais je n’arrive pas du tout à savoir laquelle et sur le site de raynox, il n’y a pas l’eos 100d 🙁
    que me conseillez vous ?

    • Sur un 50 mm, une bonnette de faible puissance (1 à 3 dioptries environs) ne sera à mon avis pas un très bon choix : le grandissement sera trop faible. Ce sera plus intéressant sur une focale plus longue type 200 voire 300 mm et, il est vrai, plus polyvalent et souple d’utilisation sur un zoom.

      En associant votre 50 mm avec une bonnette assez puissante, pourquoi pas.
      Vous avez de la chance 🙂 : j’ai la bonnette Raynox DCR-150 (bonnette d’une puissance de 4,8 dioptries) et le Canon 50 mm pancake… j’ai donc pu tester cette combinaison sur mon Canon 7D (il a un capteur APS-C comme votre 100D).

      Premier bon point, la bonnette est compatible : diamètre adapté et aucun vignetage (pas d’assombrissement des bords de l’image).

      Avec cette bonnette, la distance de travail (entre le sujet et la bonnette) est d’environ (je n’ai pas mesuré précisément) 10 cm (mise au point mini) à 20 cm (mise au point infini).

      Voici ce que cela donne concrètement avec une pièce de 1 euro (elle fait environ 2,3 cm ; je n’avais pas de pièce de 2 euros sous la main comme celle utilisée pour les images d’illustration du grandissement de l’article 🙂 ).

      Image de référence sans bonnette (sachant qu’avec bonnette et mise au point sur l’infini on obtient à quelque chose près la même image) :

      Avec bonnette à la distance minimale de mise au point (le grandissement maximal possible) :

      Je n’ai pas fait de calcul très précis mais on doit tourner à autour d’un grandissement de 0,35x ce qui n’est pas si mal.

      A vous de voir si cela peut être un bon choix de bonnette par rapport aux sujets macro que vous aimeriez couvrir.

      Attention par contre la Raynox ne pourra être utilisée que sur votre 50 mm (en raison de son faible diamètre, la bonnette ne sera a priori pas compatible avec la très grande majorité des objectifs de plus longue focale qui eux, auront une lentille frontale beaucoup plus large).

  27. Bonjour Hervé et tout d’abord merci pour ce super article. Je possède un Nikon D5600 et un objectif Nikon AF-S Micro NIKKOR 105 mm 2.8 VR IF ED de 62 mm qui va jusqu’au rapport 1:1. J’aimerais dépasser ce rapport avec une bonnette macro de bonne qualité, donc de préférence apochromatique ou à défaut achromatique. Auriez-vous un modèle à me conseiller compatible avec mon diamètre d’objectif ? Ai-je à craindre du vignettage ? Est-il possible avec certaines bonnettes d’atteindre le rapport 2:1 ? Merci d’avance pour votre aide.

    • Personnellement, j’ai une bonnette macro 3 dioptries Marumi (achromatique) de 77 mm : si je la mets sur mon objectif macro 100 mm (avec un adaptateur pour passer au diamètre de 67 mm de l’objectif), j’obtient un rapport de grandissement de l’ordre de 1,41 (calcul avec la méthode de la règle).
      Avec cette bonnette macro je n’ai pas de vignettage sur mon 100 mm ; vous n’en aurez donc pas non plus avec votre 105 mm.

      Chez Marumi, pour cette bonnette 3D, vous avez le diamètre de 62 mm (le lien Amazon de cet article renvoie vers un diamètre de 77 mm mais vous pouvez le changer en passant par la liste déroulante « Taille »). Par contre, avant de choisir le diamètre, pensez aussi que la bonnette pourrait éventuellement être utilisé sur un autre objectif d’un diamètre plus grand (par exemple pour ma part je trouve cette bonnette intéressante sur un 70-200 mm ; bien utile si mon sac photo est déjà bien rempli et que je n’ai plus de place pour l’objectif macro).

      Pour avoir un rapport de grandissement de 2, il faudrait essayer avec une bonnette plus puissante mais je ne sais pas trop comment calculer la puissance nécessaire (le tableau des grandissements par focale et dioptrie présenté dans l’article ne fonctionne pas avec un objectif macro).

  28. Merci Hervé pour votre retour, c’est déjà très bien de savoir qu’avec du +3 sur mon 105, je n’aurai pas de vignettage. Deux autres questions complémentaires svp : le risque de vignettage augmente-t-il avec l’augmentation de la puissance de la bonnette ? Une +5 dioptries en générera-t-elle potentiellement plus qu’une +3 à objectif équivalent ? Et si la réponse à cette question est oui, est-il possible de rediminuer ce risque en choisissant une bonnette de diamètre supérieur à l’objectif en la montant dessus avec un adaptateur ? Encore merci et bonne journée.

    • A mon avis, non, sur un 105 mm, pas de risque de vignettage même avec une bonnette plus puissante. Il suffit de voir le pare-soleil de votre objectif macro qui, même s’il est un peu plus large que ne le sera une bonnette, est en revanche beaucoup plus profond sans pour autant provoquer du vignettage.

  29. Ok, merci beaucoup ! 🙂

  30. nicolas alvarez

    Bonjour Hervé et merci pour cet article très complet.
    J’ai acquis la bonnette Raynox DCR-250 que je couple avec un 50mm 1.8 pour réaliser des packshots de bijoux (bagues et boucle d’oreille). Si je n’ai rien à redire sur la qualité de l’image, je rencontre néanmoins un problème: la zone de netteté est très (trop) faible. La bonnette est elle trop puissante? ou ai-je loupé quelque chose? et surtout, comment faire pour que tout le bijou soit nette.
    Merci pour vos conseils.
    Nicolas.

    • C’est en effet toute la difficulté des prises de vue rapprochées (proxy et surtout macrophotographie) où la profondeur de champ est extrêmement réduite.

      Même en fermant le diaphragme au maximum (ce qui n’est pas très conseillé car vous allez perdre en netteté) et en s’éloignant un peu de l’objet (en restant raisonnable pour ne pas avoir à recadrer excessivement et donc perdre en pixels), l’ensemble de l’objet a de forte chance de ne pas être net sur la totalité.

      Il n’y a pas mille solutions :

      • L’objet doit être au maximum parallèle au capteur pour qu’il soit compris dans le plan de netteté réduit ; par exemple, un bijoux posé à plat sur un support avec une prise de vue par au dessus (capteur parallèle au support, avec une mise au point vers le milieu de l’objet pour optimiser la répartition du plan de netteté) ; Inconvénient majeure de cette technique : c’est très limitant au niveau composition (par exemple cela ne fonctionnera pas avec une montre où généralement le bracelet est présenté en volume)

      • Utiliser une chambre photographique ou un objectif à bascule : permet de jouer sur l’axe du plan de netteté (mais c’est hors de prix)

      • Utiliser la méthode du focus-stacking (prendre plusieurs photos avec des mises au point décalées et les assembler avec un logiciel comme Photoshop ou autres logiciels spécialisés) : c’est à mon avis la meilleure solution des 3 (solution abordable qui permet de composer comme on veut avec une très bonne qualité de photo finale).

  31. nicolas alvarez

    Merci pour votre réponse. Si je pars sur une bonnette moins puissante, comme la DCR-150, pensez-vous qu’avec mon 50mm cela pourrait être réalisable? C’est à dire que la zone de netteté soit suffisamment grande pour une bague ou des boucles d’oreilles? ou dois-je partir sur une bague allonge ou autres moyen?
    Cordialement.

    • Non pour moi, changer pour une bonnette macro moins puissante ou remplacer la bonnette par des tubes allonge (ou autre système) ne réglera en rien le problème.

      Si par exemple vous prenez une bonnette macro moins puissante, pour retrouver le même cadrage (que l’objet ait les mêmes proportions dans la photo), vous devrez vous rapprocher plus de l’objet (en admettant que cela soit possible par rapport à la distance minimale de mise au point) et de ce fait, ce que vous auriez pu gagner en profondeur de champ, vous allez le reperdre en réduisant la distance de prise de vue (plus on se rapproche du sujet, plus la profondeur de champ diminue)…
      En d’autres termes, pour un appareil photo donné, à grandissement égal et à diaphragme égal, la profondeur de champ sera identique.

  32. Nicolas Alvarez

    Merci, je comprends mieux 😀 Néanmoins je me demande toujours comment prendre une photo packshot? Un objectif macro serait l’unique alternative dans ce cas de figure? (Sans passer par des retouches post prod)
    Merci

    • Et non idem, même avec un objectif macro, on aura les mêmes problèmes de profondeur de champ très faible… c’est incontournable, c’est de l’optique. Tout au plus, on pourra a priori fermer légèrement plus le diaphragme qu’avec un objectif classique et gagner ainsi un petit peu de profondeur de champ. Par exemple mon 50mm f/1,4 ferme jusqu’à F/22 alors que mon objectif macro 100mm va jusqu’à F/32.

      En proxy et macro, la formule généralement retenue pour calculer la profondeur de champ est la suivante :
      2 x e x n x(G+1)/G²
      avec :
      e = cercle de confusion (lié au capteur)
      n = ouverture
      G = grandissement

      Si on part sur un appareil photo à capteur APS-C (cercle de confusion généralement admis de l’ordre de 0,02mm) et un grandissement de 1:3 (0,33x : permet de prendre environ 6,5 cm sur toute la largeur de la photo ; cf. article sur le grandissement).
      Pour une ouverture de F/11, cela donne 2 x 0,02 x 11 x (0,33+1)/0,33² soit 5,28 mm / à F/22 = 10,56 mm (environ 1 cm).

      Sinon, à cadrage équivalent, utiliser un appareil photo avec un plus petit capteur permet de gagner en profondeur de champ. Il suffit de tester avec un compact ou encore à l’extrême avec un smartphone… par contre la qualité ne sera pas forcément au rendez-vous 🙁

  33. jean francois roederer

    J’ai la raynox 250 et j’en suis très content sur 15-85 canon, sur 70-200 aussi. Excellent article. merci.

    • Merci pour votre retour. Petite précision tout de même pour qu’il n’y ai pas d’ambiguïté : la bonnette macro Raynox (référence DCR-250 ou 150) fonctionnera sur le Canon 70-200mm F/4 utilisée avec un appareil photo avec capteur APS-C (avec un plein format, il y aura un fort vignetage) mais pas sur le F/2,8 qui a une lentille frontale d’un diamètre beaucoup trop large par rapport à la bonnette Raynox.

  34. jean francois roederer

    oui bien sûr, j’avais omis de préciser que je l’utilisais sur un 7D et maintenant je l’utilise sur le 7D Mark ii. Des APS-C. Mon 70-200 est un F/4 et je l’utilise aussi sur un 70-300 L. Merci encore pour votre article !

  35. Bonjour Hervé,quelle bonnette pour un canon 18-200 72 mm serait la plus adaptée et la meilleure ?

  36. Un grand merci pour votre rapidité de réponse et pour vos compétents conseils que je vais évidemment suivre. Très cordialement

  37. Bonjour Hervé. Est ce que la bonnette macro Raynox 250 monte sur Nikon P900 ?

    • J’ai fait quelques recherches : oui, la bonnette macro Raynox DCR-250 semble bien compatible avec votre bridge Nikon Coolpix P900 🙂
      Le diamètre de filtre de l’objectif de l’appareil est de 67 mm, ce qui correspond à la limite supérieure de l’adaptateur Raynox (il est compatible de 52 à 67 mm). On trouve également sur internet, des photos et vidéos prisent avec cette combinaison (Nikon P900 + Raynox 250).

  38. Bonjour Hervé,
    Bravo pour cet article, très pédagogique et très complet. Merci.
    J’hésite entre l’achat du 60 mm macro Olympus pour un EM1 ou , plus économique, une bonnette, comme la Raynox sur un 40-150 f 2.8 (que tu utilises, il me semble) ou encore
    une Sigma AML72-01. Sur le 40-150 f 2.8, j’ai peur que le pare soleil rétractable et non démontable pose problème. Conserverais-je avec les bonnettes le focus stacking ? J’aimerais ton avis éclairé.

    • Merci pour le commentaire sympa sur l’article 🙂

      Concernant la bonnette macro Raynox (DCR-150 ou 250) sur l’Olympus 40-150mm f/2.8, non elle ne sera pas compatible en raison du diamètre de filtre de 72mm pour cet objectif. Les bonnettes ont un adaptateur allant de 52 à 67 mm, pas plus. En revanche, la bonnette macro Sigma AML72-01 fait le bon diamètre. Et, en effet, comme tu l’as supposé à juste titre dans le mail que tu m’as envoyé suite à ce commentaire, de mon côté, j’ai déjà utilisé la bonnette macro Raynox DCR-150 sur l’objectif Olympus 40-150mm f/4-5.6 (et non le f/2.8) qui présente un diamètre de 58 mm.

      Le focus stacking fonctionne parfaitement avec une bonnette macro (testé sur les APN Olympus E-M10 mark II et E-M1 mark II).

      J’essaye aussi de répondre à tes autres questions posées dans ton mail :

      Concernant le multiplicateur de focale 1,4x M.Zuiko Digital teleconverter MC‑14, à ma connaissance il est uniquement compatible avec les objectifs M.Zuiko Digital ED 40‑150 mm F2.8 PRO et ED 300 mm F4.0 PRO (non compatible avec l’objectif macro 60mm).

      Pour ce qui est de la qualité des photos macro, les plus grands capteurs (tu cites notamment le Fuji X-T2) seront plus à l’aise lorsqu’il s’agit de monter en sensibilité. Par contre, un petit capteur permettra d’obtenir, à cadrage égal, une plus grande profondeur de champ ce qui est souvent un avantage dans un domaine où la zone de netteté est extrêmement réduite.
      Que ce soit avec un appareil micro 4/3 ou avec un APN à capteur plus grand, le matériel actuel permet de faire de très belles photos macro.

      Un objectif Olympus ED 60mm f2.8 Macro sera beaucoup plus qualitatif et polyvalent que l’utilisation d’une bague d’inversion avec le 12-40mm f/2.8.

      Pour les flashes en macro, je trouve que les flashes annulaires ont tendance à faire une lumière trop plate et qu’il est finalement plus facile de maîtriser plus précisément son éclairage avec un ou plusieurs flashes déportés.

      Sur mon portfolio « Macro et proxiphotographie », la majorité des photos macro sont prises avec un objectif 100mm macro monté sur un reflex Canon. A ce jour, seules les 7 premières et 7 dernières photos du portfolio ont été prises avec un Olympus micro 4/3 (zoom Olympus 40-150mm et 75-300mm avec bonnette macro Raynox et objectif macro 60mm). Mais les prochaines macro que j’ajouterai seront très probablement faites avec un de mes appareils Olympus. Sachant que j’aime la photo de nature allant de la photo de paysage au grand-angle jusqu’à la photo animalière au téléobjectif, en passant par la photo macro, j’ai de plus en plus tendance à privilégier le système micro 4/3 qui me permet de voyager et randonner plus léger que si j’avais emporté un de mes reflex…

  39. Merci Hervé, tes renseignements vont m’être très utiles pour orienter mon choix.
    Réponses claires et précises. Merci encore.

Laisser un commentaire